Ultimate magazine theme for WordPress.

Sonko installe une nouvelle dictature avec la complicité de la presse

Ousmane Sonko leader de PASTEF – Les Patriotes (Patriotes du Sénégal pour le Travail, l’Ethique et la Fraternité)
0

Le leader du Parti des Patriotes du Sénégal pour le Travail, l’Ethique et la Fraternité (PASTEF), Ousmane Sonko, est à nouveau au devant de la scène. Lors de la grande manifestation organisée par la coalition Yewwi Askan Wi, lui et ses partisans ont fait parler d’eux de la pire des manières. Alors qu’ils ne sont pas encore arrivés au pouvoir, ils installent déjà une dictature qui risque d’amener ce pays vers des lendemains sombres si rien n’est fait pour y remédier.

Le gouvernement de Macky Sall n’est pas tombé dans le piège de l’opposition. Le préfet de Dakar a finalement autorisé la manifestation de Yewwi Askan Wi. Sonko, Khalifa Sall et leurs camarades ont tenu leur rassemblement sans anicroche. De la foule il y’en a eu à la place de la nation. Cela n’aurait jamais pu être possible si les autres membres de l’opposition n’avaient pas répondu à l’appel de Sonko et Yewwi. Et les sénégalais étranglés par la hausse des prix sont venus montrer leur ras-le-bol.

Mais une chose extraordinaire est arrivée durant cette journée. Pour une première dans l’histoire, on retiendra que c’est sous Ousmane Sonko que des journalistes ont été chassés d’une place publique lors d’un rassemblement public. En effet, des confrères de la TFM et de Leral ont été insultés, bousculés et chassés de la place de la Nation. Leur seul péché c’est d’être dans des médias qui, comme Xibaaru, osent dénoncer les comportements anti républicain des leaders politiques de ce pays.

sonko
les journalistes de TFM chassés par une horde de manifestants de Yewwi

Cela leur a valu d’être humiliés par des militants aux ordres. Quoiqu’on puisse dire, la presse est en danger alors que ces personnes ne sont pas encore arrivées au pouvoir. Si Sonko et ses sbires sont capables d’interdire une manifestation à des journalistes ou de séquestrer des policiers, imaginons ce qu’il en sera lorsqu’il occupera le fauteuil de Macky Sall. Une chose est sûre, la liberté de la presse en prendra un sacré coup. Et pourtant, sa presse à lui passe tout son temps à attaquer des hommes politiques et toute personne qui prend une position opposée à celle du Président Ousmane Sonko (PROS).

Cette forme de dictature doit être combattue sous toutes ses formes. Et si des gens ont l’audace d’attaquer, d’insulter ou d’intimider des hommes de médias, c’est parce-que les confrères ont laissé faire. Dans un pays normal, personne n’aurait accepté de couvrir la manifestation. Par solidarité de corps, tous les journalistes se devaient d’être solidaires avec leurs confrères humiliés. Mais hélas, on a préféré la recherche de scoop et de clics. Une presse forte doit se faire respecter. Ces pratiques de Sonko, de ses partisans et de tout autre homme politique doivent être combattus par la presse libre.

sonkoL’actuel maire de Ziguinchor, Ousmane Sonko, n’est pas à son premier coup d’essai. Sur les réseaux sociaux, ces jeunes y ont installé une véritable dictature. Intellectuels, journalistes et même experts ont peur de poser des diagnostics qui ne sont pas du goût des patriotes. Ils sont attaqués de tout bord. Vilipendés, insultés, ils préfèrent se terrer dans le silence. Malheureusement pour ces apprentis dictateurs, des personnes libres continueront de défendre les intérêts supérieurs de la nation.

Cette manifestation aurait pu mal se terminer. Dieu seul sait ce qui se serait passé si nos confrères avaient refusé de quitter cette place emblématique. Heureusement, les forces de défense et de sécurité ont été alertes et les autorités ont refusé de se faire avoir. Cette fois-ci, le pire a été évité. La gendarmerie a même réussi à intercepter des rebelles présumés qui risquaient de semer le désordre dans les rues de Dakar. La guérilla dans les rues de la capitale sénégalaise n’aura finalement pas lieu. Ce pays restera une démocratie que rien ni personne ne peut ébranler…

Aliou Niakaar Ngom pour Xibaaru

laissez un commentaire