Soumaila MANGA : « Nos dirigeants ont pris un malin plaisir à profiter du Covid-19 »

Le malheur des uns fait le bonheur des autres ! nous dit l’adage. Et depuis Mathusalem, il va
de soi que le malheur des peuples a toujours fait l’affaire des dirigeants qui n’ont à cœur que
l’assouvissement de leurs desiderata.
En disant cela, nous ne cherchons nullement à pointer quelqu’un du doigt dans cette
propagation du Coronavirus appelé Covid-19. Nous essayons simplement de dire que ceux
qui nous dirigent ont, à un moment ou un autre, pris un malin plaisir à saisir des situations de
catastrophe pour régler des questions d’ordre politicien.
Une fois que le Covid-19 s’est importé au Sénégal, situation qui pouvait être évitée, il nous
revient alors de faire des observations sur les responsabilités des uns et des autres. C’est vrai
qu’au départ, le clair des Sénégalais n’en faisait pas son affaire jusqu’à ce que cette épidémie
connaisse un passage à une pandémie et que l’Arabie Saoudite ferme ses frontières.
C’est alors que l’ampleur des dégâts commence à s’encrer dans la conscience des sceptiques.
Il s’en est suivi une batterie de mesures demeurée jusque là inopérante vue la vitesse de
propagation de cette pandémie. Il faut oser le dire, il y a eu une « négligence coupable » de la
part de ceux qui nous gouvernent.
Dès lors que le Covid-19, qui était encore au stade d’épidémie, a fini de s’importer en Europe,
il fallait prendre des mesures comme la « mise en quatorzaine » de « Potentiels
importateurs » de la maladie à leurs frais. Le Sénégal avait une chance unique de réorganiser
et développer son « Tourisme sanitaire » tout en épargnant la population de ce marasme
économique qui la frappe actuellement.
Malheureusement, le manque de vision de ceux qui nous dirigent a fini de changer
complètement la donne en nous mettant au rang de victimes là où nous avions l’unique chance
d’être les héros de la lutte contre le Covid-19.
Puisqu’il n’est jamais trop tard pour bien faire ou mieux faire, c’est selon, le Sénégal a encore
la possibilité de sortir la tête hors de l’eau. Il suffit seulement de ranger, pour la première fois,
aux oubliettes les calculs politiciens.
Ces campagnes de sensibilisations avec les distributions du gel hydro-alcoolique, du savon et
de détergent ont plutôt l’air de campagne déguisée et ça doit cesser. La rencontre du président

avec l’opposition parlementaire n’a aucune utilité dès lors que la présidence avait déjà mis en
œuvre sa batterie de mesures.
Ce qu’il faut faire, c’est du sérieux en lieu et place de cet amusement auquel nous assistons.
La « mise en quatorzaine » des « Potentiels importateurs » à leurs frais doit s’appliquer dans
toute sa rigueur. Ce qui allègerait la facture de la mise en confinement des « cas suspects » et
apporterait une manne importante à nos structures de santé et réceptifs hôteliers, de même
qu’à notre compagnie aérienne à laquelle il fallait accorder l’exclusivité des embarquements
dans les pays sous la menace du Covid-19.
En plus, l’Etat doit décréter le passage à une « détection active » avec des équipes de
consultation qui doivent se déployer dans toute l’étendue du territoire afin d’identifier de
« Potentiels porteurs » du virus. Pour y arriver, il suffit de réorganiser ces campagnes
déguisées de distribution de gel hydro-alcoolique, du savon et de détergent. En lieu et place, il
faut passer à l’acquisition de thermoflash et faire accompagner les équipes de consultation par
ces forces de l’ordre qui sont en train de brutaliser les citoyens pour faire respecter le couvre-
feu.
En appliquant ces mesures, le Sénégal n’aura plus besoin de mobiliser les 1.000 milliards
pour alimenter le FORCE-COVID-19 mais gagnerait en retour une manne importante.
Surtout que les mesures déjà prises ont permis à l’Etat de faire des économies énormes même
si elles sont à inscrire dans le court terme : fermeture des écoles, mosquées, certains lieux
publics, annulation des grands événements religieux et de l’Etat, téléthons …
Nous ne saurions clore cette contribution sans lancer un appel à nos autorités étatiques. Il ne
faudrait pas que cette occasion de lutte contre la propagation du Covid-19 soit saisie pour
instaurer un régime qui priverait les citoyens de leurs libertés fondamentales aux seules fins
pouvoiristes.

Soumaila MANGA, président Debout Pour La Patrie-DLP

Membre du Mouvement JUSCA
Candidat à la mairie de Ziguinchor