Ultimate magazine theme for WordPress.

Cheikh Ndiaye : « La sécurité nationale ne doit être négociable »

Cheikh NDIAYE, Responsable Politique Apr Grand Yoff
0

Il faut traquer ceux qui ont eu comme projet de déstabiliser le Sénégal…Par Cheikh Ndiaye

En pareille circonstance, disons nous la vérité, le regret, l’indignation et la dénonciation ne suffisent pas , il faut Exiger une enquête pour identifier les responsables et les coupables des actes de violence contre les biens privés, les symboles de l’Etat et les attentats commis contre des personnes physiques et contre les forces de défense et de sécurité. Cette violence ourdie, organisée et planifiée et exécutée contre des cibles bien identifiées par des seigneurs de la guerre formés spécialement pour déstabiliser, n’est pas sénégalaise. En tant qu’élève, étudiant, citoyen, on a duré quand même a manifester puisque le Sénégal est un pays de droit, mais jamais de mémoire, on a vu entre nous ( sénégalais) cette forme et ce niveau de violence.

Les mots du Ministre Antoine Diome traduisent bien la réalité, il s’agit ni plus ni moins , de groupes terroristes qui ont infiltré les manifestants politiques et qui, bien armés, attaquent les grandes surfaces et stations, l’autoroute à péage brûlent et puis laissent les jeunes et autres acteurs piller et faire le reste du boulot. Les attaques contre les groupes médiatiques, contre des maisons d’autorité, contre nos forces de sécurité jusqu’au paroxysme de la crise du 23 juin, n’ont jamais vu le jour, simplement parce que nous étions entre nous et entre nous , on sait raison garder.

La situation est d’autant plus inacceptable que des opposants , au lieu de se battre pour exiger la lumière sur ces violences au nom et pour le compte de la sécurité nationale , de chaque sénégalais à commencer par eux, nous distraient avec des exigences de type politicien et personnel. Au service d’une cause dont ils ignorent les tenants et aboutissants et au banquet de cette irresponsabilité notoire, figurent des politiques en perte de vitesse, bernés et utilisés naïvement , Khalifa Sall, Cheikh Bamba Dieye, Bougane Dany Gueye. pour ne pas les nommer.

L’exigence première et fondamentale et que je sais l’État ne faiblira pas sur cette question, demeure la sécurité nationale, gage de paix et de développement économique puisque sans sécurité, personne n’investira au Sénégal. Il faut sécuriser l’investissement des sénégalais et des étrangers au Sénégal et cela quoiqu’il puisse coûter. Le Sénégal n’est pas une république bananière et personne ne doit accepter qu’on la << bananise >>.

Quant à Ousmane Sonko et ses partisans auteurs de cette levée de violence , ils sauront d’ici peu qu’aucun projet politique ne passe au Sénégal avec comme norme ou paradigme , la violence . Aux sénégalais notamment aux jeunes de rejeter cette idéologie , qui risque d’exposer notre pays et de saper notre commun vouloir de vie commune. Notre teranga , nos valeurs de paix, de concorde , d’unité, de fraternité et de solidarité, importent plus que tout ce que nous pouvons avoir et tout en dépend. Alors agissons avec raison et soyons attentifs et réfléchis !

Cheikh NDIAYE

RESPONSABLE POLITIQUE APR GRAND YOFF

laissez un commentaire