Ultimate magazine theme for WordPress.

Une ado de 14 ans violée dans un cimetière…se suicide

0

À Gand, en Belgique, une adolescente de 14 ans s’est suicidée après avoir été violée par cinq jeunes dans un cimetière. Ils ont filmé la scène et l’ont publiée sur les réseaux sociaux… Ce n’est qu’après la mort de la jeune fille que ses parents ont découvert ce qu’il lui était arrivé.

Les faits se sont déroulés dans un cimetière de la commune de Gand, en Belgique. Une jeune fille de 14 ans y avait rendez-vous avec un ami et il s’est avéré que ce n’était en réalité qu’un guet-apens et que cinq jeunes hommes l’y attendaient… Ils l’ont d’abord agressée puis violée , le tout en filmant la scène. Ils ont ensuite posté la vidéo sur les réseaux sociaux, suite à quoi l’adolescente s’est suicidée. Ses parents n’étaient pas au courant du fait qu’elle avait été violée et l’ont découvert via la maman d’une amie à qui l’adolescente de 14 ans s’était confiée.

Trois mineurs et deux majeurs

Le papa de la victime s’est exprimé, ému : « Une fille de 14 ans ne peut pas vivre quelque chose comme ça. Elle a vu tout son monde s’effondrer. Sans ces personnes, elle aurait été là. Tout ce que je peux espérer maintenant, c’est la justice. » La police a saisi l’ordinateur et la tablette de l’adolescente violée et a identifié, en les analysant, les cinq agresseurs. Il s’agit de trois mineurs et deux majeurs qui ont tous été interpellés et placés en garde à vue. Ils sont accusés de viol , attentat à la pudeur, prise et diffusion d’images pouvant mettre en danger l’intégrité personnelle.

Le procureur de Gand a ajouté une circonstance aggravante à ces accusations, vu que les faits reprochés ont entraîné la mort de la victime. Le père de la fillette a regretté le fait que sa fille ne lui en ait pas parlé et a ajouté « J’ai toujours dit à mes enfants qu’ils pouvaient venir me parler si quelque chose n’allait pas, que je les écouterais même si je n’étais pas d’accord. Si seulement elle m’avait dit quelque chose à ce sujet, j’aurais peut-être pu faire quelque chose ».

La nécessité de modérer ce type d’images

Sarah Schlitz, secrétaire d’État à l’Égalité des genres, à l’Égalité des chances et à la Diversité, ainsi qu’adjointe au ministre de la Mobilité belge a réagi en ces termes « La diffusion de telles images sur les réseaux sociaux est non seulement insupportable mais aussi totalement illégale. Cela ne devrait tout simplement pas être possible. […] mon équipe rencontrera différent·e·s représentant·e·s des médias sociaux pour aborder notamment la nécessité de modérer ce type d’images et mettre en place une approche de prévention et de sensibilisation plus adéquate ».

Laisser un commentaire