Une nouvelle loi illégale contre les…enseignants

Education : validation des années de volontariat et de contractualisation source de perturbation

L’adoption des députés à l’unanimité du projet de loi qui rétablit l’équité dans la carrière des enseignants qui ont aidé à relever le taux de scolarisation dans les différents ordres d’enseignement. Cette nouvelle loi numéro 05/2015 qui a complété l’article 22 de la loi numéro 63 /33 du 15 juin 1961 relative au statut général des fonctionnaires. Cette révision de loi qui devrait par ailleurs être une mesure de justice et d’équité voir de reconnaissance de l’état envers les agents dévoués à la cause publique n’est que source de discrimination et mériterait une autre réflexion pour corriger l’iniquité. En effet les enseignants recrutés comme volontaires et vacataires deviennent des fonctionnaires au bout de quelques années en ayant au moins un diplôme professionnel. Mais dans leur statut de fonctionnaires, ces années passées à la vacation ou contractualisation ne sont pas comptabilisées. Les syndicats ont estimé que c’est une perte d’ancienneté et de retraite. Ils ont exigé qu’elles soient comptabilisées ce qui a été accepté, mais aux 2/3 et le 1/3 pour les rappels.

Premier incident : cette validation augmente l’indice et donc le salaire de l’enseignant. Mais au profit de qui ? Tous les instituteurs adjoints reclassés en Instituteurs seront lésés par cette mesure car ils y bénéficieront seulement pour des rappels et non de grades sur leur nouveau corps. Or le plan de carrière est plus important que le côté financier. Ce qui constitue une véritable iniquité et a permis à d’autres d’avoir le privilège de voir leur statut changé. Les enseignants veulent que cette revendication soit prise en charge par les syndicalistes par respect aux principes d’équité et d’égalité qui régissent le corps des fonctionnaires Par ailleurs tous ce qui sont concernés par cette mesure se préparent à former un collectif pour réparer ce préjudice. Seule la lutte libère.

Par conséquent, les syndicalistes refusent d’en débattre ce qui poussent les enseignants à vouloir prendre leurs responsabilités pour faire cesser cette iniquité.

Abdou Marie Dia pour xibaaru.sn