Ultimate magazine theme for WordPress.

Kidira…une ville pleine de ressources, mal gérée par des apprentis politiciens

0

Située à la frontière avec le Mali par l’Est entre la latitude 14°28’00 Nord et la longitude 12°13’00 Ouest, la commune de Kidira est dirigée depuis 2014 par un Maire aperiste ( mouvance présidentielle).

Malgré sa position stratégique de ville-frontière et de ses nombreuses ressources, Kidira peine toujours à prendre son envol.

* Pas de planification ( PDC: Plan de développement communal, PIC: Plan d’investissement communal, PHAC: Plan d’Hygiène et d’Assainissement communal, PLU: Plan local d’urbanisme…) alors qu’on sait tout que la planification est fondamentale pour la réussite de tout projet.  » Ne pas planifier, c’est planifier son echec », a-t-on l’habitude de dire.

* Pas d’infrastructures de loisirs (Jardins publiques, aires de jeux, salle des fêtes). Je me demande si la ville doit accueillir un artiste de renommée nationale pour un concert où faudra-t-il l’accueillir?

*Pas dinsfrastructures sportives dignes de leurs noms. Le terrain de football est impraticable pendant l’hivernage et le sport perd son lustre d’antan dans la ville. On se souvient tous du beau vieux temps du football avec des ASC Bamtaré, Faboly, Wassa, Diambar, Jikké qui ont marqués leurs époques dans cette ville. Le temps où les amateurs du football quittaient les villages environnants pour venir suivre les matchs de l’ASC Yapacolor. Depuis l’avènement de l’équipe municipale en place le Navetane est au point mort à Kidira. La zone Navetane et l’équipe municipale s’accusent mutuellement. Les subventions accordées aux ASC ne sont pas régulières voire inexistantes. Plus de coupe du Maire.

* Les commissions mis en place au sein de l’équipe municipale ne jouent pas leurs rôles.

* Un conseil municipal composé pour la majorité d’analphabètes. Sur l’ensemble des Conseillers municipaux, deux ou trois ont atteint le niveau supérieur.

* Une commune où le favoritisme règne à la place de la méritocratie.

* La jeunesse est laissée à elle-même pour ne pas dire abandonnée. Le chômage des jeunes règne en maître dans cette commune. Le seul issu pour réussir sa vie est d’être taximan-Jakarta. Là aussi la municipalité a ratée son devoir d’accompagner ces vaillants jeunes en éducation routière ou code de la route pour parer aux nombreux accidents de circulation. Pis, en dépit de taxes municipales ou djoutti qu’ils s’acquittent quotidiennement, la Mairie est incapable de les appuyer en logistiques(casques, gilets…)

Le conseil communal de la jeunesse n’existe que de nom depuis sa mis en place du moins depuis le départ de son président à l’étranger, aucune activité rentable pour la jeunesse et par la jeunesse. La tactique de diviser la jeunesse pour mieux régner semble bien marcher en échange des loppins de terres ou parcelles de terrains octroyées à certains jeunes.

Un conseil municipal sur la jeunesse serait bien une idée importante afin de connaître le réel problème des jeunes dont la majorité évoluent dans l’informel.

* Sur le plan culturel, les artistes locaux sont mal encadrés pour sortir un single il faut aller à Kayes (Mali) situé à 90Km de Kidira alors que la zone est pétrie d’artistes talentueux qui s’ils sont accompagnés peuvent aller très loin. Aucune subventions pour ces jeunes artistes.

* Sur le plan éducatif ou scolaire, malgré quelques réalisations sur la petite enfance et les subventions accordées lors des rentrées des classes aux écoles primaires, force est de constater que les écoles de Kidira souffrent. A l’école élémentaire TMD, un déficit criard de tables blancs étaient notés durant l’année scolaire au point que les élèves s’asseyaient à 3 voire 4 par table. Il convient de saluer l’engagement de l’Association des anciens élèves de l’école TMD résidents à Kidira, en France et aux Etats-Unis. Rien que cette année ils ont appuyés pour réfection des salles de classes, en don de fournitures aux élèves nécessiteux et la réhabilitation des latrines.

Les étudiants de Kidira ne sont même pas fiers d’être Kidiroises ou Kidirois à Bambey, Dakar, ziguinchor et à saint Louis car laissés à eux mêmes. Aucune subvention ne leur est accordée. Ailleurs des maires accordent des subventions à hauteur des millions aux étudiants ressortissants de leurs localités en plus des dons de tickets pour la restauration offerts gratuitement. Les étudiants ne sont considérés qu’à l’approche des élections municipales en particulier où des bus sont mis à leur disposition afin de gonfler l’électorat.

* Sur le plan sanitaire, c’est le favoritisme pour le recrutement du personnel d’appui. Un Comité de santé dirigé pendant plus de 10 par des mêmes personnes. La jeunesse n’est pas associée à sa gestion pour préparer un éventuel départ de « vieux démons  » qui le composent. Les départs des Dr Guindo et Guèye affectés respectivement à wikhinan Nimzat ( Guédiawaye) et Goudiry comme médecins chefs l’année dernière sont regrettés par les populations.

Entre mars 2020 et juin 2021, 4 médecins faisant office d’adjoints se sont succédés (Bomou, Sall, Faye et récemment Mme Tounkara Diatta) tous des médecins stagiaires venus de l’UFR-santé de l’université de Thiés. Ce changement de personnel n’est pas sans conséquences sur les traitements et le suivi des malades.

Le centre de santé de Kidira est considérée plutôt comme un mouroir pour les partients au point que certains préfèrent se rabattre vers Diboli(Mali) ou Gabou (situé à 40km ).

Il ressort de l’enquête ménage réalisée dans la commune de Kidira en 2016 que 35,7% des chefs de ménages interrogées affirment que Diboli est leur principal lieu de recours aux soins.

Les motifs de fréquentation du CSCOM de Diboli (Mali) par les patients sénégalais sont liés à la proximité, l’accessibilité, la qualité des soins. En outre, les facteurs psychologiques et l’accueil réservé influencent aussi sur le choix des patients.

La qualité des soins est la principale raison du choix du CSCOM par les patients d’origine sénégalais. Elle représente 51,70% des ménages interrogés.

* Les voiries secondaires sont impraticables pendant la saison des pluies. Il faut attendre les premiers pluies pour observer des tentatives remblaiement des artères de la ville par la mairie.

* Sur le plan social, on constate avec amertume l’absence de politiques en faveur des couches vulnérables à l’approche des fêtes de tabaski, en faveur des enfants issus des ménages vulnérables ou des handicapés alorsque l’action sociale est une compétence transférée. D’aucuns diront qu’au mois de ramadan et à la fête korité les kits ou tas de viande sont distribués, oui mais à qui et comment ?

* Sur le plan urbanisme et occupation de sol, la ville est mal lotie. Kidira ne dispose pas de plan directeur d’urbanisme, d’où son occupation anarchique.

La commune de Kidira avec une population de plus de 10000 hbts couvre une superficie de 37,70 km2 et une densité de 267 hbts/km2.

Un audit foncier de la part de la commission régionale d’urbanisme ou de la DSCOS ( Direction de la surveillance et du contrôle de l’occupation du sol) est sollicité à Kidira.

La ville a épuisé aujourd’hui sa limite communale à cause de l’accaparement des terres. Il faut être conseiller municipal, un jeune du parti ou émigré nanti pour avoir sa parcelle de terrain. Il faut rappeler que la commune de Kidira est un îlot dans la commune de Bélé.

Les limites de la commune de Kidira sont fixées, à partir de la Place Bocar Cissé, comme suit :

– Au Nord : par le Marigot de bathily situé à 3 Km ;

– A l’Est : par la rivière de la Falémé située à environ 800 mètres

– A l’Ouest : à 5 km ;

-Au Sud : par le village de Nayé situé à 3,5 km.

Ne faut-il pas penser à la rénovation ou à la délocalisation du marché pour permettre aux fidèles musulmans de s’acquitter correctement leurs prières? Il est fréquent d’attendre la profération des insultes en pleine prière à raison de la proximité du marché avec la mosquée.

Ainsi, il convient de noter que de nombreux défis sont à relever par les autorités locales: défis infrastructurels, et d’aménagement.

Il urge de promouvoir la coopération transfrontalière ou l’intercommunalité avec d’autres communes sœurs dans des domaines de compétences qui leurs sont transférés comme le stipule le code des collectivités locales.

Les maires de Kidira et de Falémé doivent mettre en place des actions ou politiques de coopération transfrontalière dans la mesure où leurs deux communes jumelles partagent les mêmes réalités , les mêmes problématiques de développement.

A noter que les ressources que les deux (2) collectivités tirent des activités qui se déroulent au sein de leur territoire sont d’une importance non négligeable dans la confection des budgets communaux. En effet, les deux (2) communes dépendent pour la constitution de leurs budgets annuels essentiellement des recettes prélevées sur les activités qui se déroulent grâce à l’existence de la frontière. C’est le cas pour les «droits de places» qui sont payés à raison de 100f CFA par jour par les marchands, les commerçants ou commerçantes, les marchands ambulants, les artisans, et tous ceux qui pour exercer leurs activités occupent une place localisable par les collecteurs des municipalités. A titre d’exemple, pour une prévision de recette de 5.000.000 f CFA, la commune de Kidira a collecté 3.500.000 f CFA en 201657. Cependant, il ne faut pas perdre de vue, que le secteur du transport est aussi non négligeable parmi les ressources nécessaires à la constitution des budgets communaux avec notamment les milliers de camions qui entrent quotidiennement dans leurs territoires.

A cela il faut impliquer la diaspora Kidiroise dans les politiques développement de la commune. Impliquer la diaspora ne veut pas tout simplement dire octroyer des loppins de terres. Impliquer la diaspora c’est faire du marketing territorial, trouver des partenaires à l’étranger et les inciter à venir investir dans sa commune. Le marketing territorial permet au bailleurs de venir investir. Le marketing territorial devrait permettre aux communes étrangères de nouer de relations de coopération dans le cadre d’un jumelage.

De la part d’un citoyen anonyme de la Commune de Kidira

laissez un commentaire