Ultimate magazine theme for WordPress.

3ème mandat : Sonko défie la constitution et…menace de « brûler » le pays

2

Le président Macky Sall a droit à une troisième candidature s’il désire se présenter en 2024. Et les vociférations de l’opposition ressemblent plus à une tentative de déstabilisation que d’une déduction logique. Ousmane Sonko et ses amis ont déjà brandi la menace de « brûler » le pays si Macky s’entête à se présenter pour un mandat de trop. Et pourtant selon les meilleurs constitutionnalistes comme le Pr Jacques Mariel Nzouankeu approuvent une troisième candidature de Macky en 2024. Mais malgré que le droit soit du côté de Macky Sall, Sonko et ses plumitifs, Alioune Tine et Y’en a marre prédisent l’apocalypse au Sénégal en 2024.

sonkoOusmane Sonko peut être qualifié comme étant un individu belliciste, cela il le démontre à travers ses activités de tous les jours. Ousmane Sonko agit comme étant l’homme qui désormais dicte ses lois à travers tout le Sénégal. Que c’est beau tout ça ! Seulement Ousmane Sonko se met déjà dans la peau du futur Président de la République du Sénégal en 2024. C’est-à lui de décider si Macky Sall sera candidat à un troisième mandat en 2024 ou pas…

Il menace déjà. Ousmane Sonko n’est pas le seul dans son aventure apocalyptique. Il se trouve que des énergumènes de la République de la trempe de Alioune Tine et de ce mouvement dénommé Y en a marre qui bat de l’aile, ont décidé de mettre sur la table ce fameux débat d’un troisième mandat du Président de la République Macky Sall en 2024, si jamais ce dernier ose présenter sa candidature.

Ces acteurs et mouvements de la société civile ou encore activistes portent le combat, et deviennent par la même occasion des affidés d’Ousmane Sonko. Les membres authentiques de la gauche diront tout simplement qu’ils mènent un combat d’arrière-gardiste. Il y a une certaine malhonnêteté intellectuelle qui existe dans ce débat autour de la présentation du Président de la République Macky Sall à un troisième mandat en 2024.

N’est-ce pas Barthélémy Dias et Ousmane Sonko qui ont été les premiers à crier haut et fort qu’en réélisant Macky Sall lors de l’élection présidentielle de 2019, la porte le lui était ouverte pour qu’il se présente en 2024. Ils en étaient partis jusqu’à dire qu’ils refusaient de participer à des manifestations barrant la route à un troisième mandat du Président de la République Macky Sall.

Aujourd’hui, ils font du « wax waaxeet ». Ils menacent de mettre le pays à feu et à flamme, si Macky Sall présente sa candidature à un troisième mandat en 2024.

Ousmane Sonko qui croit avoir pris toute la République en otage, y va même de ses chantages. Selon lui, le pays sera dans le chaos, si le Conseil constitutionnel valide la candidature de Macky Sall en 2024. D’éminents juristes pourtant, comme nous le disons, en dehors de ces énergumènes comme Ousmane Sonko capables de dire une fois sa chose, une autre fois son contraire, comme le Professeur Babacar Guèye s’étaient déjà prononcés sur la question. Le Pr Babacar Guèye avait clairement indiqué que plus rien ne pouvait empêcher le Président de la République Macky Sall aux yeux de la Constitution votée en 2016 de se présenter à l’élection présidentielle en 2024.

sonko
Professeur Jacques Mariel NZOUANKEU, Professeur de Droit à la retraite et Directeur de la Revue des Institutions Politiques et administratives du Sénégal

Il a été relayé en cela par l’autre brillant Constitutionnaliste, l’éminent Jacques-Mariel Nzouankeu, un prof très au fait des questions constitutionnelles. Aussi bien sous Abdou Diouf, sous Me Abdoulaye Wade que sous Macky Sall, il n’a jamais cessé d’apporter son éclairage sur des aspects ayant trait à la Constitution. Sa voix est très écoutée. Jacques-Mariel Nzouankeu qui s’est invité sur le débat à une candidature du Président de la République Macky Sall s’exprime.

Il soutient : « le mandat en cours au moment de l’entrée en vigueur de la loi de révision, par essence intangible, est hors de portée de la loi nouvelle » (paragraphe 30 des motifs) ; en conséquence, avait–il ajouté dans son dispositif, la loi nouvelle sur la durée du mandat du Président de la République ne peut pas s’appliquer au mandat en cours. Autrement dit, le mandat en cours est écarté du champ du nouvel article 27. Cela signifie qu’on ne peut pas le comptabiliser comme l’un des deux mandats autorisés par l’article 27 ».

Il poursuit : « Si le Président Macky Sall est élu Président de la République en 2019 en application de l’article 27 de la Constitution, il lui sera conféré un premier mandat de 5 ans. En 2024, s’il décide de se présenter à l’élection présidentielle, sa candidature sera recevable. S’il est élu, il briguera un deuxième mandat consécutif de 5 ans ». Voilà qui est clair.

Malgré cette précision d’éminents juriste sur la question, Ousmane Sonko fait fi de la loi, de l’interprétation de la loi et menaçant même son exécution en brandissant la terreur comme mode de persuasion. Sonko est-il au-dessus de la constitution du Sénégal ?

Papa Ndiaga Dramé pour xibaaru.sn

Afficher les commentaires (2)