Adama Gaye : « Sandaga…Non, ne le rasez pas »

Sandaga : Non, ne le rasez pas !
Au milieu de la nuit, je me réveille pour dire, à la suite de mon aîné Kaolackois, le poète Amadou Lamine SALL, mon indignation face au plus grand projet d’assassinat d’une œuvre culturelle rare chez nous.
Lamine a raison de crier son désaccord contre la folle décision gouvernementale de raser le mythique marché Sandaga pour ériger à sa place on-ne-sait quel autre édifice!
Je soutiens son haut-le-cœur. Sans être aussi raffiné que peut l’être un poète, on peut en effet aisément deviner que laisser faire une telle entreprise, ce serait participer à l’assassinat de l’âme, le cœur, le symbole, la mémoire de Dakar.
Sans Sandaga, Dakar ne serait plus Dakar. Or, c’est ce joyau sur la liste de tous les guides touristiques que veut gommer, sur un coup de tête, un activiste ministre du logement. Quelle légèreté ! Surtout qu’il s’agit d’un louche individu, déjà associé à l’espionnage, au cours des dernières élections, d’innocents citoyens au moyen de faux comptes internet, Abdou Karim Fofana, pour ne pas le nommer.
Les commerçants de Sandaga sont vent debout, déterminés à s’opposer à ce projet de démolition. Ils ont raison. Comme les paysans de Ndingler qui ont résiste à la spoliation par le sieur Babacar Ngom de leurs réserves foncières, il est normal que tous les sénégalais se mobilisent contre cette nouvelle insulte à l’un de nos actifs historiques, mémoriels, les plus précieux.
Il faut arrêter ce Fofana dont certains doutent qu’il soit même le fils de l’ancien, défunt ministre Abdoulaye Fofana dont il se revendique.
Raser Sandaga pour faire dans la spéculation sur un foncier de premier plan, c’est comme une lézarde, un coup de canif sur un tableau de maître digne de Picasso.
Sandaga, c’est une œuvre d’art qu’on ne démolit pas. On en fait un symbole pérenne d’une ville. Dakar sans Sandaga, ce serait une voiture sans moteur.
If faut arrêter cette folie. Elle ne doit pas se faire.
Dis-nous, Fofana, pourquoi n’exerce-tu pas ta fougue pour déboulonner la statue de Faidherbe et la remplacer par un projet plus consensuel à StLouis? Que fais-tu des noms de rue qui insultent nos yeux au quotidien à Dakar?
Franchement, calme-toi, mec: tu deviens trop chelou, louche. Es-tu au service d’intérêts masqués ?
Détruire Sandaga, le raser, c’est démolir un patrimoine culturel mondial, plus qu’un simple marché que n’y voit que le mercantile de bas étage que tu sembles être.
Nous disons NON ! Sandaga doit demeurer Sandaga.
Raser Sandaga, c’est comme raser la Tour Eiffel, à Paris, la Statue de la Liberté à New York, la Place Tienanmen, à Pekin.
Sandaga est un mythe. Immortel.
Adama Gaye Le Caire 30 juin 2020