Affaire du policier radié : « Arrêtons de jouer avec la foi » (Alassane Kitane)

Alassane K KITANE professeur de philosophie à Thiès

Affaire du policier radié : Arrêtons de jouer avec la foi si nous ne voulons pas périr d’incohérence !

 

Je suis un esprit qui ne dit que des absurdités, je suis une âme qui croupit sous le poids des erreurs, je suis une pensée prétentieuse et parfois arrogante, mais je veux rester une pensée libre. Libre de mes sentiments et intérêts, libre de ma confession, libre des pouvoirs : Dieu m’a fait être rationnel et je n’ai pas encore vu un précepte religieux qui me commande d’abdiquer de mon règne rationnel. Je n’ai pas honte d’errer dans mes jugements, je n’ai aucun remords à faillir dans ma perception du monde, mais je m’en voudrais si je décidai de mentir, de trahir ma raison, de tricher avec moi-même. La vérité, du moins ce que je conçois comme telle, est ma seule boussole, ma seule lumière. Je préfère pécher dans la recherche de la vérité et dans le souci de la justice plutôt que dans autre chose. 

Nous sommes dans un pays où il est courant de voir un homme prêcher le soir l’exact opposé de ce qu’il prêchait le matin. Nous sommes dans un pays où nos chapelles nous ont mis des œillères et où on juge les faits et gestes de ses semblables, non en fonction de la norme de la vérité, mais par affinité. La raison est faillible, je l’admets ; mais elle ne peut pas renoncer à ses principes sans se contredire. Or jusqu’à preuve du contraire nous sommes dans une société humaine, donc d’êtres rationnels : notre point commun, c’est bien la raison. C’est en fonction de celle-ci que nous choisissons le type de société que nous voulons, et les rapports intersubjectifs que nous jugeons conformes à notre idéal de bonheur. Nous ne pouvons donc pas la congédier.

On ne peut pas servir deux maîtres à la fois, à moins de vouloir tricher. Imaginons si chaque policier devrait, sous sa tenue, donc en service, s’arrêter et se prosterner devant son marabout, son curé, etc. ! Je demeure convaincu que la foi est d’abord une affaire de conviction et que, sous ce rapport, sa manifestation extérieure est légitime, mais on peut la concilier avec la citoyenneté, l’esprit républicain, la démocratie. Quand on opte de servir un État, une république, il faut accepter les contraintes qui sont inhérentes à ce choix. La tenue militaire et paramilitaire n’appartient pas au soldat, mais à la nation et à la république. Cette dernière est, jusqu’ici, laïque ; or ce mot a un sens. On ne peut pas assujettir le débat sur la laïcité à l’incident, somme toute ponctuel, du policier radié. La question de la laïcité est un choix qu’il faut faire en amont et en toute souveraineté : on ne peut pas la redéfinir conjoncturellement, c’est-à-dire en fonction de nos partis-pris. 

Il faut reconnaitre que la hiérarchie a également fait preuve de fumisterie dans cette affaire : tout le monde a applaudi ce chef de la police qui s’adressait à ses troupes en se référant aux versets du saint Coran (je n’ai rien contre, en tant que musulman). Il pouvait pêcher hors-camera : quel était l’objectif visé ? Qui s’est posé la question de savoir si l’institution qu’est la police fonctionne selon la loi islamique ? Si ce chef de la Police a été obligé de recourir à ce procédé pour rappeler à l’ordre ses agents, c’est qu’il y a un aveu d’échec sur la formation de nos hommes de tenue. Car le plus grand athée peut être le meilleur serviteur de l’État, mais dans ce pays nous adorons les dehors de la vertu. Les religions et les textes sacrés sont nantis de tellement de principes universels et de normes destinées à façonner les citoyens que c’est la seule paresse qui nous empêche de les exploiter et d’en faire des modules de formation. Pourquoi d’ailleurs ne pas aller plus loin en revenant tout bonnement sur le principe de la laïcité ? 

La sanction est certes lourde, mais il ne faut pas tenter de disculper un acte contraire à la réglementation en vigueur. Ce policier a prêté serment et aurait dû honorer la tenue qui n’appartient ni à une confrérie ni même à l’Islam. Il y a des serviteurs de Dieu qui ont choisi la vie de monastère, des soufis authentiques, des talibés suffisamment abreuvés à la source de Serigne Touba ou d’autres saints et qui n’ont plus d’œil, d’oreille que pour la voie qu’ils ont tracée. Ils se sont courageusement détourné des autres activités et ils sont épanouis. Serigne Touba est au-dessus de ce folklore, soyons honnêtes ! Serigne Touba est une voie apodictique pour la rédemption, non d’un groupe, mais de toute la Ummah. Il faut arrêter de folkloriser sa voie dans ces pratiques ostentatoires qui n’ont aucune portée universelle.

Nous ne pouvons pas juger de l’opportunité ou non de la laïcité en fonction des conduites individuelles et, à la limite, marginales. Il faut être sérieux. Soit, nous sommes en république, soit nous l’abolissons et instituons ce que nous voulons. Une république ne peut pas être une danseuse de corde, elle ne peut pas être régie par l’informel. Et pour dire encore un mot sur ces attaques contre la laïcité, il faut remarquer que nous manquons de cohérence : la laïcité se pense en rapport avec la religion, or nous avons déjà des difficultés à nous entendre sur l’essentiel. Ceux qui suggèrent de repenser la laïcité en prenant en compte les confréries doivent résoudre ce problème de la dissonance dans la même religion et parfois à l’intérieur de la même confrérie. Au lieu de gesticuler, il faut avancer en faisant des propositions concrètes : quelle place accorder à nos guides religieux dans l’architecture institutionnelle et comment ? Quelle autorité ces derniers pourraient-ils incarner pour les membres des autres confréries ? Comment seraient-ils évalués par la république ? Quels textes et quelle interprétation choisir pour insérer la culture des confréries dans une laïcité à inventer ? 

Alassane K. KITANE