Affaire Sonko : « L’immunité parlementaire ne couvre pas l’enquête préliminaire » (Théodore Monteil)

Cité dans une affaire de viol présumé et menace avec arme à feu, le député Ousmane Sonko avait refusé de déferrer à la convocation de la Section de Recherches de la Gendarmerie. Le leader du Pastef avait brandit son immunité parlementaire. Invité du Jury du dimanche, Théodore Monteil a apporté des clarifications sur la convocation de Sonko par les hommes en bleu.

Pour lui, ces derniers peuvent bel et bien convoquer un député d’autant que l’immunité ne protège pas contre la convocation de la police. « Je défie quiconque de montrer un texte qui interdit à un gendarme de convoquer un député parce que dans la constitution sénégalaise, il n’est pas dit que le député ne peut pas être entendu. Quand un juge ou un officier de police judiciaire a besoin, dans une affaire, d’être éclairé, il peut convoquer n’importe quelle personne. L’immunité parlementaire ne couvre pas l’enquête préliminaire. Maintenant, le député peut refuser de déférer à la convocation. Et s’il refuse de déférer, on ne peut pas utiliser la force publique », soutient l’invité de Mamadou Ibra Kane.

Aussi, informe Monteil, l’Assemblée a été saisie que sur l’affaire du viol et de menaces de mort présumé. Il n’y a aucune autre infraction qui est ciblée à part la plainte de la dame Adji Sarr.