Ultimate magazine theme for WordPress.

Après Pape Djibril Fall…voici les journalistes accusés de combattre Macky

1

Les journalistes du Sénégal sont-ils en majorité contre Macky Sall ? Si nous écartons les médias d’état, la RTS (Radiodiffusion Télévison Sénégalaise), l’APS (Agence de Presse Sénégalaise), le quotidien de service public « Le Soleil » et le quotidien privé « Le Quotidien » de notre cher confrère Madiambal Diagne, la majeure partie des autres organes de presse combattent farouchement Macky Sall. C’est in constat fait par un confrère…Voici son raisonnement.

L’écrasante majorité des jeunes journalistes sénégalais combat le président Macky Sall !

Oui, ces jeunes journalistes politiciens sont comme disait Hitler : »Cette horde de gens dont l’unique et véritable conviction, associée à une insolence importune et à un art éhonté du mensonge ».
En effet, à quelques exceptions près, les jeunes journalistes de nos médias traditionnels tout comme ceux qui occupent les réseaux sociaux ont une haine viscérale envers le chef de l’État. Ils n’ont d’ailleurs aucune raison de ne souffrir Macky Sall, mais ils se sont tellement laissés manipuler par cette nouvelle racaille émergente de nains politiques qui n’ont que l’insulte, la délation et l’intoxication à la bouche. Ce qui a eu le mérite non seulement de les avoir étrangement embarqués, mais d’en avoir fait d’irreceductibles nihilistes.

Qui plus est, c’est une bande de journalistes peureux, craignant tout le temps d’être insultés qu’ils n’osent même pas s’affirmer lorsqu’il le faut. Partisans manifestes de l’opposition et dépourvus du sens de l’équilibre (principe élémentaire de l’exercice du métier), ils optent pour l’autocensure face aux innombrables résultats et réalisations de l’actuel président en exercice de l’Union Africaine dont le leadership a fini d’émerveiller la planète.

Ces jeunes de la presse, détenteurs pour leur majorité, de chaînes YouTube, de pages Facebook, de sites internet d’information générale… ignorent royalement dans leurs comptes rendus de l’actualité socio politique, les prouesses du PSE au bénéfice du peuple sénégalais.

Les projets et programmes comme le Pudc, le Puma, le Prodac, Promovilles, le Pracas, les ponts, la grande muraille verte, le Fongip, le Fonsis, les logements sociaux, les bourses familiales, la CMU, le TER, la nouvelle ville de Diamniadio, le BRT, le Tramway, les autoroutes, les autoponts, les milliers d’emplois créés, les milliards injectés pour des actions sociales dans la résilience face à la COVID-19, les augmentations de salaires, le soutien au secteur privé et surtout l’aide constante et chaque fois augmentée à la presse… tout semble leur être méconnu.

Nos jeunes journalistes font semblant d’oublier très souvent leur rôle sacro-saint consistant à la collecte, au traitement et à la diffusion de l’information. Pis, ils préfèrent consacrer tout leur quotidien à discréditer Macky Sall et son régime qui pourtant (cela saute aux yeux), a réalisé en 10 ans ce que Senghor, Diouf et Wade réunis n’ont pu réussir en 40 ans. Ces journalistes, presque tous métamorphosés en politiciens-opposants, commencent à faire tomber leurs masques. Oui ils ont délibérément choisi d’être politiciens jusqu’au jour où leurs cagoules tombent.

Le plus récent et le plus fracassant a été le cas du loup Pape Djibril Fall. Ce virtuose du plagiat et des formules mémorisées d’auteurs et de quelques versets du Coran, après sa longue campagne électorale par le truchement de plusieurs chaînes de télévision privées du pays, semble à présent sentir que sa mayonnaise commence à prendre. L’occasion lui était donc toute donnée pour convoquer son cinéma de conférence de presse où il déclara les larmes de crocodile aux yeux, la voix comique et tremblotante à dessein, sa candidature aux élections législatives de juillet prochain. Il est plus tordu qu’un bracelet ce faux dévot, disciple pur de Tartuffe.

Ce jeune politicien très négatif depuis ses débuts contre Macky Sall et son gouvernement, veut donc s’engouffrer dans le sens émotif des Sénégalais, pour enfin capter leur suffrages et continuer à assouvir sa libido vers le perchoir de l’assemblée nationale. Voilà le raccourci que notre bonhomme, enfant de Thiadiaye et de Touba ( où Macky a beaucoup réalisé de chantiers), a pris pour se faire une ascension politique.

Il devra dire par conséquent Adieu à la plume, au son et au micro. Nous lui souhaitons tout comme tant d’autres comme lui, la bienvenue sur le terrain de la politique.

Ahmed Aidara l’ignorant, la grande gueule devenu maire et qui lui aussi aspire à être député, lui a sûrement montré la voie. Mais ils sauront tous qu’en ce terrain ci, il s’agira d’avoir beaucoup de coffre et peu de vitesse dans la course qui n’est guère du 400 mètres mais un infini marathon. You’re welcome chers confrères politiciens qui avez trompé vos auditeurs et téléspectateurs en ayant assimilé journalisme et politique pendant si longtemps. C’est malhonnête de votre part. Wait and see…

Mamadou Biguine Gueye
Journaliste assumé
Coordonnateur du mouvement « Malaw »

Afficher les commentaires (1)