Arabie Saoudite : Grâce au prince, les hommes et les femmes peuvent manger ensemble

L’Arabie saoudite a abandonné ses règles séparant les hommes et les femmes dans les restaurants dans le dernier effort pour assouplir les restrictions sociales.

Les restaurants exigent depuis longtemps une entrée pour les hommes seuls et une autre pour les femmes et les familles, dans un pays où la police religieuse a appliqué avec zèle la ségrégation sexuelle dans les lieux publics pendant des décennies.

Le ministère des Municipalités et des Affaires rurales a déclaré dimanche sur Twitter qu’il supprimait plusieurs exigences pour les restaurants, y compris la nécessité « d’une entrée pour les célibataires et d’une entrée séparée pour les familles ».

Les restaurants sont actuellement séparés en une section «  familiale  » pour ceux accompagnés de femmes et une zone «  célibataires  » pour les hommes, bien que beaucoup aient discrètement abattu les barrières ces dernières années au milieu de la vaste campagne de libéralisation du royaume.

La dernière réforme a été saluée par les jeunes Saoudiens mais rejetée par les archi-conservateurs sur les réseaux sociaux, un utilisateur de Twitter affirmant que cela allait à l’encontre de la charia ou de la loi islamique.

Le souverain de facto d’Arabie saoudite, le prince héritier Mohammed bin Salman, a cherché à projeter une image modérée et favorable aux affaires de son royaume austère dans le but de stimuler les investissements.

Le prince Mohammed a coupé les pouvoirs des clercs purs et durs alors qu’il poursuit une campagne de modernisation qui a permis des concerts de musique mixtes et mis fin à des interdictions de plusieurs décennies sur les cinémas et les conductrices.

Jusqu’à il y a trois ans, la police religieuse suscitait une peur généralisée dans le royaume, chassant les hommes et les femmes des centres commerciaux pour prier et réprimandant toute personne vue se mêlant au sexe opposé.

Les tenants de la morale publique, dont les pouvoirs ont commencé à décliner avant même que le prince Mohammed ne prenne le pouvoir, sont désormais largement hors de vue.

Mais les réformes ont été accompagnées d’une répression contre les militants, y compris les femmes appelant à une réforme plus rapide, dont certaines ont accusé les interrogateurs de harcèlement sexuel et de torture. Les procureurs saoudiens démentent les accusations.