Avancée du coronavirus au Sénégal : l’Etat doit arrêter les transports et fermer les villes

L’heure devient grave et l’Etat se doit d’agir le plus rapidement possible. Le coronavirus est en train de franchir toutes les barrières dressées en place pour stopper sa propagation au Sénégal. Chaque jour avec son lot de contaminations. Il urge que des mesures draconiennes soient prises pour freiner sa propagation rapide. En Italie, pays développé et qui dispose plus de moyens que le Sénégal, le coronavirus fait des ravages et tue des centaines de personnes chaque jour. Si l’Italie se trouve à l’heure actuelle impuissante face à ce puissant adversaire, qu’en est-il d’un pays pauvre comme le Sénégal qui ne dispose pas d’un plateau technique médical relevé.

Le temps est venu pour l’Etat du Sénégal aidé par toute la population à prendre le taureau par les cornes. Pas de répit dans la guerre contre un ennemi invisible et qui a montré à la face du monde toute sa capacité de nuisance. Aux Etats-Unis d’Amérique, dans certains Etats, l’autorité est en train de prendre des mesures contraignantes pour la population pour que le mal ne continue pas à faire des victimes.

Au Sénégal, des mesures ont déjà été prises. Elles restent insuffisantes face à la vitesse à laquelle se propage le virus. Des compatriotes qui étaient émigrés dans des pays plus développés contractés par le virus, sont en train de retourner en affluence au Sénégal suivant la voie terrestre. Certains parmi eux, sont déjà porteurs du virus et reviennent au Sénégal sans se signaler au niveau des structures sanitaires pour qu’ils soient pris en charge, ce qui leur éviterait de contaminer leurs proches et voisins.

Face à l’ampleur du phénomène, l’Etat du Sénégal ne doit plus attendre. Ce sont les transports qui doivent être arrêtés. Le Sénégal est passé au stade de contamination communautaire, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS). L’état d’urgence médicale doit donc être décrété. Depuis qu’il tient ses points de presse quotidiens, le ministre de la Santé Abdoulaye Diouf Sarr est apparu hier pour la première fois, depuis l’apparition du virus au Sénégal, porteur d’un masque. Les autorités n’ignorent pas la gravité de la situation. Actuellement, le personnel médical a peur. Les agents de la santé ont eux même peur pour leur survie, car sachant que face à l’ampleur du mal, eux-mêmes peuvent être contaminés.

L’Etat doit donc prendre dès maintenant des mesures radicales. Le ministre de l’Intérieur Aly Ngouille Ndiaye se doit lui aussi de monter au créneau. Outre les transports qui doivent être arrêtés face à la gravité de la situation, les villes doivent également être fermées. Certains milieux comme les bars-restaurants, les dancings, jardins publics… doivent eux aussi être fermés.

La rédaction de Xibaaru