Centrafrique…« La communauté internationale reste mobilisée pour la tenue des élections en décembre »

Alors que des élections présidentielle et législatives doivent se tenir le 27 décembre en Centrafrique, la situation du pays est suivie de près par la communauté internationale. Jeudi 1er octobre, une réunion à huis clos, en marge de l’assemblée générale des Nations unies, a rassemblé en visioconférence le secrétaire général Antonio Guterres, le président centrafricain Faustin-Archange Touadéra, candidat à sa réélection, et plusieurs ministres de divers pays, incluant les Etats-Unis, la Russie, la France ou l’Afrique du Sud.

Malgré les troubles politiques et sécuritaires qui continuent de miner le pays, les participants ont redit leur détermination à la bonne tenue des scrutins. Jean-Pierre Lacroix, le secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix de l’ONU, affirme dans un entretien au Monde Afrique la détermination de l’organisation à ne pas laisser se développer les « tentatives de déstabilisation » comme celles menées par le groupe armé 3R (Retour, réclamation, réhabilitation) dans le nord-ouest du pays.

Cette réunion sur la Centrafrique est présentée comme l’un des cinq événements phares organisés par l’ONU en marge de l’assemblée générale. Quel est le message ?

La communauté internationale tient à montrer que, malgré tout, elle reste mobilisée sur la Centrafrique, pour faire en sorte que les élections se tiennent, dans les meilleures conditions possibles, dans les délais, avec un premier tour fixé au 27 décembre. La dernière chose dont le pays a besoin, c’est d’une instabilité institutionnelle.

Est-ce que l’on pourrait craindre que les élections ne puissent pas se passer normalement à l’ouest du pays, où le groupe armé 3R cause régulièrement des tensions ?

On ne peut pas exclure, qu’à l’approche des élections, il y ait des tentatives ici et là de déstabilisation de la part du groupe 3R. Mais nous serons vigilants et très déterminés. Leurs tentatives d’obstruction sont inacceptables. Le Conseil de sécurité a envoyé un message fort en août, en imposant des sanctions contre le chef des 3R, Sidiki Abbas (de son vrai nom Bi Sidi Souleman).

Le groupe a aussi été affaibli par les opérations menées conjointement par les soldats de la force onusienne de la Minusca et par les militaires, policiers et gendarmes centrafricains. Cela va permettre de favoriser l’organisation des élections dans davantage de localités.

Comment les 11 000 casques bleus de la Minusca arrivent-ils à concilier leur mission de sécurisation des élections, avec leur rôle d’assistance à la prévention de la pandémie ?

La Minusca a dû s’adapter en fonction de la pandémie de Covid-19. Les patrouilles et les contacts avec les communautés ont été modifiés, mais le soutien à l’enregistrement des électeurs a continué. Et comme l’a dit le président Touadéra, à dix jours de la clôture des inscriptions, 1,7 million d’électeurs ont déjà été inscrits sur les listes, malgré toutes ces difficultés.

Le processus de DDR (désarmement, démobilisation et réintégration) a-t-il été retardé par la pandémie ?

Les opérations de DDR n’ont pas été remises en cause par le Covid-19. Elles sont une condition très importante du retour de la stabilité dans le pays : il s’agit de réinsérer des groupes à temps, de les faire retourner à la vie civile. Certains peuvent être éventuellement recrutés dans les forces en uniforme. Nous avons mené des opérations de DDR à Kaga-Bandoro et Bria notamment, où 80 combattants ont été désarmés. Plus de 500 armes – lance-roquettes, grenades – ont été collectées.

La communauté internationale est-elle satisfaite des avancées depuis l’accord de paix du 6 février 2019 et des réformes présentées par le président Touadéra ?

Le fait que ce gouvernement inclusif continue à fonctionner est bon signe. L’un des objectifs fondamentaux était le retour de la présence de l’Etat sur le territoire et il est pour l’instant en bonne voie, tant pour le renforcement civil que pour le renforcement des forces en uniforme. Le nombre de policiers et de gendarmes centrafricains s’accroît, de même qu’augmente le nombre d’unités spéciales mixtes de sécurité (USMS), au fur et à mesure que se déroulent les formations menées par l’Union européenne ou l’ONU.

Les USMS, qui englobent à la fois des militaires centrafricains et d’ex-membres des groupes armés, sont très bénéfiques. Au-delà de l’efficacité opérationnelle, elles ont valeur de symbole en montrant que les divisions ne sont pas fatales ou insurmontables, que la réconciliation et le travail en commun peuvent exister.

On se concentre sur l’objectif des élections, mais on sait qu’une fois le scrutin passé, il y aura encore beaucoup à faire dans la poursuite de la mise en œuvre de l’accord de paix.

Le Monde