Ces sœurs d’un même couvent sont toutes mortes du coronavirus

13 SŒURS D’UN MÊME COUVENT MEURENT DU CORONAVIRUS

Treize sœurs catholiques qui ont toutes travaillé et vécu ensemble dans un couvent du Michigan aux USA sont décédées du coronavirus. Douze d’entre elles se sont éteintes entre le 10 avril et le 10 mai. Une 13e est morte le 27 juin.

Du 10 avril, vendredi saint, au 10 mai, douze sœurs âgées de 69 à 99 ans sont mortes du COVID-19 lors de la présentation du couvent de la Bienheureuse Vierge Marie en Livonie.

Une 13e sœur, Sœur Mary Danatha Suchyta, est décédée de la maladie le 27 juin à 98 ans.

Sœur Mary Danatha était membre de la congrégation Felician depuis 80 ans, et les 13 personnes décédées étaient membres depuis au moins 50 ans, selon une liste fournie par Suzanne English, directrice exécutive pour l’avancement de la mission de la province de Notre-Dame de l’Espoir, qui  supervise les 469 sœurs Felician dans environ 60 couvents aux États-Unis et au Canada.

« Nous pleurons chacune de nos sœurs qui est décédée pendant la période de la pandémie dans toute la province, et nous apprécions grandement tous ceux qui nous tiennent dans la prière et nous soutiennent de plusieurs manières», a déclaré sœur Mary Christopher Moore,  ministre provincial de Notre-Dame de l’Espérance.

Quarante-quatre sœurs Felician vivent maintenant au couvent du Michigan, contre 57 en avril, a déclaré English.

17 autres sœurs avaient la maladie mais elles se sont toutes rétablies.

« Nous savions tous que si ça touchait l’endroit, ce serait mauvais”, a déclaré la sœur Mary Ann Smith, qui a été infectée par le virus de la mi-avril à la fin mai, au Global Sisters Report.  “Mais nous n’avons jamais prévu à quelle vitesse cela irait.”

Elle a expliqué lors du rapport que lorsqu’elle était malade, elle a prié Dieu de prendre sa vie.

« J’étais si malade, je priais que le Seigneur me prenne», a déclaré sœur Mary Ann.  “J’avais tellement mal.”

Avec la diffusion du virus, le couvent dont elles faisaient partie avait mis en place plusieurs mesures de sécurité. Il n’accueillait plus de visiteurs, les sœurs appliquaient la distanciation sociale et les travaux de groupe se faisaient avec un nombre de personnes limité, raconte le New York Times. De plus, la messe se faisait par vidéo.

Le quotidien américain ajoute que le virus est particulièrement dangereux pour les nonnes, dans la mesure où elles vivent en communauté.

En mai dernier, Trois religieuses catholiques indonésiennes ont chanté pour les musulmans à l’occasion de l’Aïd el-Fitr dans une vidéo émouvante.