Ultimate magazine theme for WordPress.

Cheikh Ndiaye de l’APR accuse des membres du Cabinet de…Macky Sall

Cheikh Ndiaye, responsable politique de l'APR Grand Yoff (à gauche) et le président Macky Sall (à droite)
0

Que les membres du cabinet qui bloquent mon accès au Président Macķy Sall, arrêtent ! Quand les aînés boudaient ou sabordaient le projet de l’APR, j’étais là pour le porter haut.

Ils le savent, ceux appliquent la politique isolationniste, que je faisais partie des jeunes penseurs et conquérants de l’épopée 2008- 2012, qui ont porté le candidat Macky Sall à la magistrature suprême. Ce fait historique est indubitable, et aucune entreprise de falsification, ne saurait l’effacer des consciences individuelles et collectives. C’est écrit ! Et les activités politiques de terrain, conférences, universités républicaines et les multiples débats, l’attestent à suffisance.

Je me rappelle avoir fait le dernier du deuxième tour de la présidentielle de 2012, avec Mayoro Faye du PDS, à la télévision CANAL INFO. Le taxi que j’avais pris, tomba en panne à hauteur de la chambre de commerce. C’est avec de grandes foulées que je suis arrivé, essoufflé à la télévision   C’est Maimouna Ndour Faye qui me donna de l’eau, avant que le journaliste Sambou BIAGUI ne commence le débat, qui est resté dans les annales.

Combien de débats ai-je faits à la télévision nationale ?

Le Ministre Seydou Gueye, responsable à l’APR et le journaliste Oumar Nging ne me démentiront pas. Je m’en limite à ces faits historiques.

Ma proximité avec le Président du parti APR était connue de tous et nos échanges multiformes et multidimensionnels, ont permis au parti de développer son espace vital dans des zones comme Kolda, Grand Yoff, Djibabouya, Vélingara et Fatick, pour ne citer que ces zones.

Voilà comment certaines pratiques de membres du cabinet du Président de la République, et de la direction nourrissent et grossissent le camp de l’opposition, et gratuitement. Les concepts qui foisonnent actuellement et portés par d’anciens militants de l’APR, comme Fouta tampi, dekkal ngor, yaakaar tasna, résultent le plus souvent de cette conspiration du silence sur des légitimités qui n’avaient pas leur place dans la rue.  L’opposition recrute dans le dénuement et la misère des militants et responsables de l’APR et de la coalition, pour reprendre le mot de Georges Marshall. Prendre en considération ces aspects, est d’une importance capitale.

Quand on créait l’APR en 2008 et que l’on finançait les activités par notre salaire, beaucoup, pour ne pas décliner les fonctions actuelles, ne savaient pas encore ce qu’était l’administration.  En 2012, j’en étais déjà à 12 ans déjà de carrière avec un parcours impressionnant. Ils n’ignorent évidemment pas cela mais dresser le rideau de fer entre le Président et moi, relève d’une entreprise machiavélique, ourdie par des esprits maléfiques depuis 2014. Point besoin d’aller au plus profond de mon intervention, ils savent lire entre les lignes. J’y reviendrai dans le détail pour expliquer les raisons historiques de cet ostracisme, qui a consisté systématiquement à m’écarter du pouvoir.

Tout le monde sait que j’ai résisté politiquement. Le mal qu’on m’a fait est violent, plus violent même que celui qui a engendré la disparition de certaines espèces, pour paraphraser Cheikh A Diop. Je ne suis pas une cible facile, puisque les postulats de l’engagement, ne sont subordonnés, ni à la logique du profit, ni à la responsabilité. Là où certains responsables de l’APR n’ont pu patienter 2 jours ou une semaine avant leur nomination, sans roupettes et sempiternelles jérémiades, voilà 11 ans nous, que nous sommes à l’œuvre, sans un seul acte de cette nature. Depuis 2008, on est à l’œuvre, attendant tout de Celui dont le Seul Agenda, Compte.

Reconnaissons quand même, que trop c’est trop, et parler est devenu un impératif.

Personnaliser le débat n’a jamais fait partie de ma méthode, mais se taire et accepter les coups fourrés, est la voie, que je ne suivrai jamais. Si nous ne nous étions pas battus, beaucoup de destins seraient perdus. Qu’ils essaient de construire des Mondes, c’est cela la vision du Président de la République. De toute façon, même du haut de leur toute puissance, ils ne peuvent détruire ma carrière politique. M’éprouver, peut-être ! Mais quel résultat depuis 11 ans maintenant ? Rien !

Le chemin qui menait à Saint Lazare était large, un véritable boulevard pour moi, qui a finalement conduit au boulevard de la République. Alors, celui-ci ne pourrait nous être fermé, en toute logique.

Au nom de l’éthique et de la justice !

Rendez-vous bientôt.

Cheikh  NDIAYE
Responsable politique Apr Grand yoff
Militant de la première et de la 25ème heures

laissez un commentaire