Contacts Idy-Macky-Karim…mensonge et contrevérité

Révélations sur des contacts entre Macky Sall avec deux de ses principaux opposants : Du vent !

Avec les révélations aussi saugrenues qu’incongrues du « voyant politique », Cheikh Yérim Seck, indiquant que le Président Macky Sall s’entretiendrait permanemment au téléphone avec Idrissa Seck, et qu’il a eu à avoir une conversation avec Karim Wade toujours par le même support avec Karim Wade, c’est le tollé. L’effet recherché par Cheikh Yérim Seck, même si aucun crédit n’est accordé à sa sortie lors de l’émission Face2Face de la TFM.

Qui peut croire que le Président Macky Sall se charge lui-même d’aiguiser le couteau qui va l’égorger à l’autel ? C’est prendre les Sénégalais pour des demeurés que de vouloir les faire croire à une sornette. Hé, oui on prend les Sénégalais pour des demeurés ! Parfois, la responsabilité incombe à la presse sénégalaise qui se fait un malin plaisir de vouloir mettre en vedette ou en accordant de l’importance à des individus qui au fond ne sont que des trafiquants de la communication reconvertis en politologues.

Comment les Sénégalais peuvent-ils être demeurés à ce point, puisque, c’est à ce stade qu’on cherche à les classer, en leur faisant gober que le Président Macky Sall consulte Idrissa Seck et Karim Wade concernant sa consultation. Macky Sall peut-être le plus naïf au sein de la classe politique (pourtant il est devenu Président de la République. A moins qu’il ne le soit par défaut !), ce serait l’offenser que d’insinuer qu’il est en train de mettre en place et de charger le fusil pour des opposants classés irréductible afin de mieux l’exécuter lui, les membres de sa famille et son entourage le plus proche.

Les révélations de Cheikh Yérim Seck se rapprochent plus de l’imaginaire. Sinon, qu’attend Macky Sall pour tout simplement faire voter à l’Assemblée nationale, le projet de loi amnistiant les faits pour lesquels Karim Wade ainsi que ses compagnons avaient été poursuivis et condamnés par la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI).

La rédaction de Xibaaru