« Troisième mandat » de Macky…ça s’empire !

Sempiternel débat sur un troisième mandat du Président de la République : A Macky Sall de rassurer une bonne fois les Sénégalais

L’épilogue va toujours se poursuivre ; tant que le Président de la République Macky Sall n’aura affirmé de façon claire et nette aux Sénégalais qu’il ne cherchera à briguer un troisième mandat successif à la tête de l’Etat du Sénégal, comme le lui interdit la Constitution. D’un côté, on serait tenté de croire que le Président Macky Sall ne pourrait faire pire que le Président nigérian Mouhamed Buhaïri qui a déclaré à ses compatriotes de façon claire et nette qu’il ne peut, au vu de son deuxième mandat qu’il est en train de remplir, se présenter à un troisième autre. Mohamed Buhaïri épargne ainsi à son peuple toutes sortes de supputations, tensions de conflits politiques et de déchirements inutiles. Cette posture permet au Président nigérian de pouvoir terminer dans la sérénité toutes les actions qu’il envisage dans son pays.

En Côte d’Ivoire, même si c’est en termes voilés, le Président Alassane Ouattara à qui l’on prêtait pourtant l’intention de réviser la Constitution dans son pays, en vue de pouvoir prétendre à un troisième mandat, semble indiquer qu’il n’en sera rien. C’est bon pour le Chef de l’Etat ivoirien qui a tiré toutes leçons de la chute connue par Laurent Gbagbo, son prédécesseur. La Côte d’Ivoire était encore au bord d’un autre conflit. La sortie de Alassane Ouattara permet d‘éclairer les Ivoiriens sur ses intentions à l’issue de son deuxième et dernier mandat.

Le Président Macky Sall ne peut prétendre faire pire que ses homologues nigérian et ivoirien. Macky Sall ne doit chercher à esquiver un débat aussi crucial, et doit prononcer clairement qu’il ne peut se présenter à un troisième mandat, permettant ainsi, aux Sénégalais de mettre fin à un tel débat qui ne peut que les détourner de l’essentiel.

Ailleurs, de tels débats ne se poseraient jamais, mais dans des démocraties tropicales de la nôtre avec des Chefs d’Etat dont des « tailleurs de la Constitution en Chef) figurent dans leurs plus proches entourages, rien n’est moins sûr. Chassez le naturel, il revient toujours au galop ! Un drame, si c’est dans un pays comme le Sénégal qui se targue d’être une référence démocratique en Afrique.

La rédaction de Xibaaru