Coronavirus : avec l’état d’urgence…le pouvoir change de main

Etat d’urgence dans le cadre de la guerre contre le coronavirus : Baba Commandang placé devant ses responsabilités

Comme l’on s’y attendait par rapport aux percées de l’ennemi, le coronavirus sur le territoire national, le Président de la République Macky Sall vient de prendre d’autres mesures venues renforcer celles déjà prises. L’état d’urgence est décrété au Sénégal à partir de ce mardi 24 mars de 00H à 6H du matin, le couvre-feu de 20H à 6H du matin.

La guerre contre le coronavirus vient d’atteindre une autre étape. Les transports de région en région sont pour le moment frappés d’interdiction. Durant tout le temps que va durer l’état d’urgence sont frappées d’interdiction, les réunions en public ou en privé, toutes sortes de manifestations.

Conformément à la loi sur l’état d’urgence, le Président de la République Macky Sall délègue une partie de ses pouvoirs aux autorités administratives compétentes, à savoir, les gouverneurs, préfets, sous-préfets. Ces autorités administratives locales doivent chacune en ce qui la concerne prendre conscience de la pleine mesure des actes attendus d’elle, en fonction des spécificités de leurs localités respectives. En clair, elles doivent prendre à chaque fois de besoin les mesures qui s’imposent sans qu’elles n’aient à s’en référer à leur ministre de tutelle, en l’occurrence, celui de l’Intérieur.

Comme l’a si bien dit le Chef de l’Etat dans son message à la nation hier pour annoncer les mesures qu’il a avancées, celles-ci donnent aux autorités administratives compétentes le pouvoir de prendre certaines décisions nécessaires. A Dakar par exemple, le gouverneur de la Région, a pris la décision conformément à la loi, d’interdire la vente du pain dans les boutiques. Cependant, cette mesure n’a pas été accompagnée des dispositions nécessaires, à savoir l’implantation de kiosques dans tous les coins des rues de Dakar pour permettre aux populations de s’approvisionner correctement du pain. Conséquence, c’est l’effet contraire qui se produit. On assiste de longues files de populations devant les boulangeries, donnant lieu à des attroupement nécessaires. A l’autorité locale d’apporter les correctifs qui s’imposent. Sinon les efforts faits pour annihiler le coronavirus risquent d’être vains.

Il y a des spécificités au niveau de chaque localité que seule l’autorité administrative représentant l’Etat est en mesure de déceler et de prendre les mesures nécessaires. Ces autorités administratives doivent également au niveau de chaque localité s’appuyer sur des relais que peuvent être les chefs de quartier, de village, etc.

La rédaction de Xibaaru