Covid-19…Le FRAPP offre des masques aux policiers

DONS DE MASQUES AUX POLICIERS POUR SENSIBILISER CONTRE LES VIOLENCES POLICIÈRES

Le Collectif pour la justice et contre les violences policières et le Front pour une Révolution Anti-impérialiste Populaire et Panafricaine (FRAPP) ont fait un don de 106 masques lavables au commissariat de Grand-Yoff aujourd’hui 05 mai 2020. Le don d’aujourd’hui est le premier d’une longue série de dons qui ménera le Collectif et le FRAPP dans plusieurs commissariat du département de Dakar pour doter les agents des forces de défense et de sécurité de masques barrières.

La particularité des masques offerts au commissariat de police de Grand-Yoff est qu’ils sont constitués de 3 couches: tissus en coton, renfort et popeline. Ces masques locaux et lavables ont été confectionnés par le Collectif des pan-africanistes pour une alternative endogène dans le cadre du programme « Mbolo and xeex mbaas. 30 millions de masques pour 15 millions de sénégalais  »

Le FRAPP a été choqué de voir des policiers envoyés par l’État sans masques pour disperser sa conférence de presse.

Le Collectif pour la justice et contre les violences policières se mobilise pour sensibiliser victimes de violences policières, forces de défense et de sécurité et État sur le danger de ne pas rendre justice aux victimes de violences policières. Le déni de justice est un permis donné aux forces de défense et de sécurité pour violenter et souvent assassiner des citoyens. Tous nous devons combattre les violences policières qu’elles soient verbales, psychologiques, physiques…

C’est parce que ces violences n’ont pas été suffisamment combattues que nous nous retrouvons avec des Abdoulaye Timera, Seck Ndiaye, Elimane Touré, Pape Sarr, Fallou Sène…et aujourd’hui avec le cas de la famille Gning de Nietty Mbar.

L’absence de lumière et de vérité dans les violences impliquant policiers, gendarmes, militaires, douaniers…encourage les violences.

Le Collectif pour la justice et contre les violences policières et le FRAPP luttent contre les violences illégales et illégitimes des forces de défense et de sécurité mais n’éprouvent aucune haine à l’endroit de celles et ceux qui proviennent de nos familles et vivent les mêmes misères que nous.

C’est pourquoi régulièrement nous dénonçons les conditions dans lesquelles l’État fait travailler pompiers, agents des eaux et forêt, policiers…

C’est aussi le sens que le Collectif pour la justice et contre les violences policières et le FRAPP donnent à cette distribution de masques barrières aux policiers en cette période de pandémie liée au Covid-19.

Le doyen des policiers Monsieur Moustapha Ndiaye du commissariat de Grand-Yoff nous a réservé un accueil qui confirme qu’avec ou sans tenue, les citoyens sont pareils.

Dans les jours à venir, d’autres commissariats de police bénéficieront de dons de masques.

Le Collectif pour la justice et contre les violences policières et le FRAPP tiennent à exprimer toutes leurs inquiétudes devant la recrudescence des actes de violences policières depuis le début de l’État d’urgence. Nos deux organisations invitent les citoyens à respecter le couvre-feu. Mais état d’urgence ou couvre-feu ne peuvent rimer avec période de non droit. C’est pourquoi le Collectif pour la justice et contre les violences policières et le FRAPP dénoncent les violences policières notées un peu partout à travers le Sénégal et exigent que le ministre de l’intérieur parlent à ses troupes afin d’éviter que l’irréparable ne se produise. L’irréparable ce serait de nous retrouver avec d’autres Abdoulaye Timera, Elimane Touré, Pape Sarrr sur les Bras. Mais l’irréparable serait que les populations excédées se fassent justice et qu’on ait un Fodé Ndiaye (policier assassiné lors de la crise pré-electorale de 2012) sur les bras.

Dakar, le 05 mai 2020

-Collectif pour la justice et contre les violences policières

-Front pour une Révolution Anti-impérialiste Populaire et Panafricaine (FRAPP)