Covid-19 : Le Sénégal traite un nouveau médicament pour les cas graves

Le Professeur Moussa Seydi, lors du point mensuel sur l’évolution de la covid-19 au Sénégal, ce samedi, a axé sa communication sur le traitement spécifique du coronavirus. Le Chef de service des maladies infectieuses de l’hôpital Fann a annoncé une molécule qu’ils sont en train d’étudier, notamment pour les formes graves.

«L’association azithromycine – hydroxychloroquine s’est révélée efficace selon nos résultats. Cette efficacité est évidente quand il s’agit d’une administration précoce. Mais, elle est moindre dans les formes graves ou dans les formes vues tardivement. C’est fort de cette information que l’institut Pasteur de Dakar et le service des maladies infectieuses et tropicales de Fann ont initié une étude scientifique en vue d’évaluer l’efficacité d’un médicament pour les formes sévères. Il s’agit d’un médicament disponible depuis plus de 20 ans,  qui a une action anticoagulante, anti inflammatoire, efficace chez l’homme. Ces deux actions sont indispensables à obtenir dans le cadre de la prise en charge d’une forme grave. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’ici au Sénégal, nous avions ajouté dans notre prise en charge, l’utilisation d’anticoagulants et des corticoïdes comme antiinflammatoires, bien avant les recommandations de l’Omc. En outre, il s’agit d’une molécule qui a une puissance antivirale très importante in vitro, c’est-à-dire au laboratoire. Le projet a démarré le 14 aout 2020 conformément au protocole de recherche qui a été validé par le comité d’éthique national pour la recherche en santé. Je voudrais profiter de l’Occasion pour remercier le président de la République et le ministre de la Santé car sans leur soutien ce projet n’aurait pas vu le jour. Nous sommes les seuls, à l’heure actuelle, qui avons commencé ce projet de recherche en Afrique. J’en profite pour remercier nos partenaires étrangers. Voici, en résumé, l’information que je voulais partager avec vous, ainsi que l’espoir que cela doit suscite dans l’amélioration de la prise en charge des formes graves », a dit le Pr Seydi face à la presse.