Ultimate magazine theme for WordPress.

Covid-19 : Les réserves de l’UES sur la reprise des enseignements le 04 mai prochain…

0
Le Secrétaire  général  Gougna Niang  n’est pas d’accord sur  la reprise des enseignements/apprentissage  le 04 mai. La priorité  est à la lutte contre le COVID-19.
L’Union des Enseignants du Sénégal (UES) a des réserves sur le retour à l’école le 04/05/2020. En effet, tant que la pandémie du covid-19 n’est pas maîtrisée, tout scénario de réouverture des classes est une dangereuse remise en cause des efforts jusqu’ici consentis
L’UES est partisane de la poursuite du déroulement des différentes initiatives du projet « APPRENDRE A LA MAISON ». Cependant, il est impératif de permettre à tous les élèves d’avoir accès à ces cours par l’utilisation des différents médiums à l’instar de la télévision, de la radio, de l’internet, des supports physiques …
Par ailleurs, il faut veiller à harmoniser au moins les contenus et la progression pour assurer la continuité pédagogique. Cela suppose la mise en place d’une instance de supervision nationale de toutes les opérations qui entrent dans le cadre de ce projet. Tenant compte de l’inégale efficacité des méthodes pédagogiques et pour éviter une rupture d’égalité entre élèves, l’UES exclut toutes possibilité d’évaluation à partir de la méthode de l’enseignement à distance.
Le retour à l’école doit être tributaire de la maîtrise de l’élément perturbateur qu’est la pandémie du covid-19.Ce serait une grave erreur et un  inutile grand risque que de rouvrir l’école sans l’éradication des cas communautaires. Quelque soit les précautions et les dispositifs sanitaires mis en place, il n’est pas évident de pouvoir garantir la distanciation sociale entre élèves durant le trajet domicile école, dans la cours de l’école et même dans la classe.
Le ministère de l’éducation ferait mieux de confectionner des scénario post transmissions communautaires de rattrapage des cours pour l’école au lieu de tenter de lui imposer une validation vaille que vaille de l’année scolaire comme une camisole de force.
Il est impératif, pour un éventuel retour à l’école, de prendre en compte nos réalités culturelles, socio économiques et géographiques (effectifs pléthoriques des salles de classe  finira-t-il par dire.
Abdou Marie Dia pour xibaaru.sn
laissez un commentaire