Covid-19: les tests salivaires en France pour les élèves

Des tests salivaires de détection du Covid-19 ont été déployés lundi dans les écoles maternelles et primaires d’une partie de la France.

Les enfants des régions Nouvelle-Aquitaine, Bourgogne-Franche-Comté et Auvergne-Rhône-Alpes sont les premiers à expérimenter cette nouvelle méthode, jugée fiable à 85 % d’après la Haute Autorité de santé. Par la suite, 200.000 tests par semaine devraient être effectués à travers l’Hexagone.

Ces dépistages ont pour objectif de permettre aux enfants de retourner en classe en toute sécurité tout en évitant l’écouvillon nasal du test PCR. «C’est pourquoi nous les proposons en premier lieu aux plus jeunes, qui acceptent plus difficilement le test nasal classique», indique le ministère de l’Éducation nationale au Figaro.

Les kits de tests sont fournis par les laboratoires. Mais pour pouvoir dépister un élève, l’école doit avoir l’accord des parents. Une fois les prélèvements effectués, ces derniers sont envoyés en centres d’analyses. «Après 24 heures, les résultats sont adressés aux familles. L’école reçoit aussi le nombre de cas positifs détectés dans les classes sans connaître le nom des élèves concernés», explique le ministère.

Actuellement, si trois élèves d’une même classe primaire et de fratries différentes sont déclarés positifs au virus, celle-ci doit être «fermée». S’agissant des écoles maternelles, un cas suffit pour interrompre la classe durant sept jours.

«Au tout début du déploiement du dispositif»

Pour l’heure, peu de tests ont pu être réalisés. «Nous sommes au tout début du déploiement du dispositif. Les établissements recueillent actuellement le consentement des parents. Nous sommes en train de voir quels laboratoires analyseront telle ou telle école», précise le ministère. Pour les écoliers de l’académie de Limoges, la mise en place «de ces dépistages gratuits aura lieu la semaine prochaine». «L’organisation est en cours de finalisation avec l’agence régionale de santé (ARS)», précise le rectorat. Pour les élèves de l’académie de Besançon, les premiers prélèvements devraient avoir lieu dès ce jeudi: «L’ARS détermine des zones où la circulation du virus est plus dense et où les tests se feront en premier lieu.»

Si ces campagnes de dépistage sont prévues dans des écoles en priorité, le second degré pourrait également être concerné. C’est le cas à Saint-Étienne, où l’expérimentation de ces tests a commencé dans des collèges. «Nous débuterons les tests dans les écoles début mars, indique l’académie de Lyon. Cette semaine, nous dépistons les élèves de cinq collèges stéphanois car la ville comptabilisait de nombreux cas avant les vacances .»