Diop Decroix liste les maux du Sénégal…sous Macky Sall

Assemblée nationale – examen loi de Finances initiale (Budget de l’Etat) pour l’année 2020

Mon intervention à la première séance plénière sur les considérations générales

Après les indépendances, nous n’avons pas réinventé l’administration coloniale, l’Etat colonial pour nous doter d’un état, d’une administration en adéquation avec notre société. Les populations regardent l’Etat et l’administration comme quelque chose qui leur est extérieur. Elles parlent de « Buur ». Le trésor public c’est keesu « Buur » donc celui qui peut passer entre les mailles du filet pour ne pas payer l’impôt le fait avec beaucoup de fierté. Celui qui va solliciter un service de l’administration se croit devoir préparer une somme d’argent à remettre à l’agent public au motif que cette administration n’est pas la sienne. La Justice n’est pas sa justice mais la Justice du plus fort. Mbedd  mi (la rue), c’est mbeddum « Buur » donc pourquoi s’investir pour la rendre propre. Et pour boucler la boucle, il vous dira que « ronxoñi baadoolooy siim cerey buur” autrement dit “ce sont les larmes de l’opprimé qui arrosent le couscous du chef ».  Aussi longtemps que cette barrière idéologique et culturelle ne sera pas brisée par une inversion des pratiques, même multiplié par 10, le budget n’atteindra pas les objectifs de développement assignés.

Comment développer un pays sans que le peuple de ce pays ne se sente concerné et s’implique avec conviction et enthousiasme dans ce que fait le gouvernement ? C’est à cette question préjudicielle qu’il faut répondre.

Monsieur le ministre,

  • Les inégalités se creusent et l’extrême pauvreté est omniprésente
  • La corruption n’est pas combattue du fait de l’impunité comme en attestent les rapports de l’OFNAC qui dorment dans les tiroirs du procureur de la République selon la Présidente de cette structure
  • Le trafic international de drogue dure dont le Sénégal est devenu une plaque tournante et la pandémie de la fausse monnaie qui viennent figurer dans ce décor de mauvaise gouvernance

A ces 4 grosses montagnes qui nous étouffent s’ajoutent les incohérences dans les choix politiques.

Prenons le cas de l’Agriculture : Voici un pays (le Sénégal) qui a du fer par centaines de millions de tonnes dans son sous-sol mais n’arrive pas à mécaniser son agriculture. Un pays qui a des réserves d’eau douce pratiquement inépuisable mais où les paysans ne cultivent que trois (3) mois dans l’année.  Un pays qui produit 250.000 tonnes d’engrais mais dont les rendements agricoles sont misérables. Peut-on s’étonner que la part de l’Agriculture dans le PIB soit autour de 15% là où elle est autour de 30% dans des pays de la sous-région ? peut-on, dans ces conditions, s’étonner d’entendre la FAO  lancer un cri d’alarme pour des centaines de milliers de personnes menacées de disette ?

Mais, Monsieur le Président de l’Assemblée nationale, à tous ces problèmes internes viennent se greffer une situation extérieure absolument préoccupante. La guerre est à nos portes. Les armes crépitent tout près de nous, au Mali, au Burkina Faso, au Niger. Une guerre qui pose de nouveau, avec le Franc cfa, la question des rapports heurtés entre la France officielle et les peuples des anciennes colonies françaises d’Afrique. Ces rapports sont aujourd’hui particulièrement décriés par des franges de plus en plus importantes de la population dont des icônes de la jeunesse africaine comme Salif Keïta au Mali.

Pour toutes ces raisons, extérieures et intérieures, notre pays doit s’ajuster politiquement. S’ajuster politiquement, c’est parachever les initiatives de normalisation de l’espace politique incluant deux questions clés : la restitution de leurs droits civils et politiques à messieurs Karim Meïssa Wade et Khalifa Ababacar Sall d’une part et, d’autre part, la conclusion du dialogue politique en cours par des accords majeurs qui ramèneront une confiance partagée par les acteurs dans notre système électoral. Et cette responsabilité de normalisation de l’espace politique national revient, quasi exclusivement, au Président de la République.

Mamadou Diop Decroix

Député à l’Assemblée Nationale