Elle enferme son bébé dans un placard pour le laisser mourir de faim

En Russie, un bébé très émacié se bat pour sa vie après avoir été sauvé du placard de sa mère.

La petite Katya, née en avril, vivait de l’eau et de reste de nourriture que lui donnait son frère aîné, selon les médias russes.

La jeune fille de Karpinsk a été transportée par hélicoptère sur une distance de 270 miles vers un hôpital de la capitale régionale, Ekaterinbourg, où elle se trouve actuellement en soins intensifs.

bébé

Sa mère, Yulia, « espérait que le bébé mourrait de faim », a rapporté l’agence de presse en ligne Krasnoturyinsk Live.

La mère a été arrêtée et une affaire pénale a été ouverte par le comité d’enquête russe pour « torture » de l’enfant, un délit paisible jusqu’à sept ans de prison si elle est reconnue coupable.

La petite fille a été retrouvée par une amie de la mère, âgée de 37 ans, qui a « entendu un cri étouffé » lors d’une fête d’anniversaire.

Selon les médias russes, la jeune maman avait gardé le secret sur la naissance de son troisième enfant et avait enfermé la petite fille dans un placard situé dans une pièce vide de son appartement.

bébé

Le porte-parole de la police régionale de Sverdlovsk, Valery Gorelykh, a déclaré : « C’est difficile de croire à cette histoire horrible. Mais aussi difficile qu’il soit de le dire, c’est vrai. »

Des agents « sont arrivés sur les lieux pour vérifier l’appartement après avoir reçu des informations sur cette affairer.»

« Ils ont trouvé le bébé affamé et ont organisé son transport d’urgence à l’hôpital où les médecins se battent pour sa vie. L’enfant souffre de malnutrition sévère », a expliqué le porte-parole.

bébé
la mère indélicate risque 7 ans de prison

Les pleurs du bébé ont été entendus par une amie qui assistait au 13e anniversaire du fils de Yulia, qui nourrissait secrètement sa petite sœur.

« Elle voulait tuer le bébé, mais n’avait finalement pas assez de cœur pour le faire », a déclaré un proche.

Suite à son arrestation, la mère est détenue et examinée dans une clinique psychiatrique, selon les forces de l’ordre.