Ultimate magazine theme for WordPress.

Elle étouffe ses trois enfants un par un…jusqu’à la mort

Rachel Henry a étouffés ses 3 enfants jusqu'à la mort
0

Une Américaine de 22 ans est accusée du meurtre de ses trois enfants, étouffés un par un.

Elle a été arrêtée lundi. Une jeune mère de famille de 22 ans est accusée d’avoir tué ses trois enfants à Phoenix, dans l’Arizona. D’après les premiers éléments de l’enquête cités par «USA Today», Rachel Henry aurait chanté des chansons à ses petits âgés de 3 ans, 1 an, et 7 mois alors qu’elle était en train de les étouffer un par un. Les corps ont ensuite été alignés. La police n’a pour l’instant aucun mobile à cet infanticide. Les autorités ont simplement fait savoir qu’un membre de la famille a expliqué que la jeune fille, qui vivait avec le père âgé de 30 ans et une femme de 49 ans – une «tante» -, leur avait fait savoir qu’elle allait faire la sieste à ses petits.

Interrogée par la police, Rachel Henry a reconnu les faits. Elle a raconté avoir d’abord étouffé sa fille d’un an en plaçant sa main devant sa bouche. Son fils de 3 ans se serait mis à crier, l’implorant d’arrêter et essayant de la frapper au visage. En vain. La mère a continué jusqu’à ce que la petite fille ne respire plus. Elle a ensuite placé le corps au fond de la chambre. Puis, elle est partie à la recherche de son fils mais a été arrêtée par le père et la tante de retour au domicile familial. Mais Rachel a réussi à prendre le petit garçon avec elle dans une autre pièce afin de changer sa couche. C’est là qu’elle l’a placé au sol, l’enfourchant avec ses jambes et l’étouffant avec son propre poids tout en couvrant sa bouche et son nez avec ses mains. C’est ensuite la fillette de 7 mois qui est morte dans ses bras. Après lui avoir donné son biberon et l’avoir endormie, la mère a de nouveau utilisé ses mains pour l’étouffer. Le père et la tante se trouvaient dans une autre pièce. Rachel Henry a disposé les corps en les alignant dans le salon, laissant penser qu’ils faisaient une sieste.

D’après des proches, Rachel Henry, accro à la méthamphétamine, agissait de manière «bizarre» les jours précédant le drame. Elle n’était cependant pas sous l’influence de drogues au moment des faits, a fait savoir la police.

laissez un commentaire