Faire de l’école une priorité…Par Ibrahima Felix Mboup

Ibrahima Felix Mboup, Professeur de Lettres Modernes
En parlant de l’instauration imminente d’un nouvel ordre mondial , au sortir de la pandémie , et de la redéfinition d’un ordre des priorités , le président Macky Sall semble donner l’impression que sa vision était très étriquée , parcellaire et partielle  au lieu d’être large et profonde .Nous souhaitons qu’au soir de la victoire sur le Covid-19 il change de fusil d’épaule , et surtout accorde la primauté non pas au superficiel et au clinquant ,mais aux vraies batailles qui nous sortiront de l’ornière .Cela nous permettra de nous remettre des séquelles de la maladie et de pouvoir anticiper sur d’autres calamités .Étant donné que ce nouvel ordre mondial , comme le dit le sociologue ,Edgar Morin,exige que le « je » s’épanouisse dans le « nous » , il est essentiel que notre pays puisse faire prévaloir son génie fertile  et ses capacités intrinsèques.Nous n’avons plus le droit de faire dans la stagnation et le manque de transparence.Il nous faut faire preuve de rigueur dans la gestion du pays en tuant en nous toute velléité de népotisme et de clientélisme .Miser avant tout sur des ressources humaines de qualité, en mettant notre école au cœur de nos priorités .Car de la performance de cette école dépendra forcément la qualité des ressources humaines dont nous aurons besoin pour pouvoir marquer significativement notre présence et existence dans le monde futur ,dont le sillage aura été dessiné par le COVID .Le luxe , le paraître et le tonitruant ne construiront jamais la Cité idéale, à laquelle les citoyens, dans leur écrasante majorité , aspirent profondément.Mais , c’est le génie , la compétence et la formation de l’homme qui nous aideront à triompher de l’inattendu , des calamités et des désastres .Sans école , point de blouses blanches capables de lutter contre les maladies ! Sans école , point d’hommes capables d’assurer la sécurité et la défense de la Nation !Il appert, malheureusement que l’école sénégalaise est, aujourd’hui, au creux de la vague .Pour la sauver , il urge de changer de paradigmes en faisant de l’homme la première force sur laquelle doit s’adosser le développement.Nous n’y parviendrons que lorsque nous aurons accordé à l’enseignant le traitement qui est le sien . La priorité des priorités est , de l’avis de beaucoup de penseurs  , l’éducation , qui permet de former des citoyens accomplis et conscients refusant de défier et de narguer des forces de sécurité , en des moments critiques de l’existence de la Nation .
Ibrahima Felix Mboup Professeur de Lettres