Famara IBrahima Sagna et le Général Niang ne disent pas tout…au Dialogue

Dialogue national : Famara Ibrahima Sagna et Mamadou Niang sont-ils muselés par le pouvoir ?

Le dialogue politique national reprend ses travaux. Alors que tous les observateurs s’y attendaient, les cas concernant Karim Wade et Khalifa Ababacar Sall ne sont pas abordés. Pourtant, voilà deux dossiers devenus sérieux et qui doivent être abordés. Régler les dossiers Karim Wade, Khalifa Sall, voilà qui permettrait à une décrispation de la situation politique nationale.

Que l’ancien du Président du Conseil économique et social (CES), Famara Sagna et l’ancien ministre de l’Intérieur, Niang, chargés de conduire les travaux sur le dialogue national ne veuillent aborder ce sujet parmi les questions à aborder, laisse songeur. Tous deux sont reconnus pour leur sérieux ainsi que leur patriotisme. De ces deux hommes, les Sénégalais retiennent surtout leurs esprits patriotiques, car passant pour des hommes intransigeants et insensibles à la corruption.

Dès lors, pourquoi, ces deux hommes qui ne font pas allégeance à un quelconque pouvoir jusqu’ici ne veulent aborder les dossiers Karim Wade, Khalifa Sall. Personne n’ose croire que ces deux hommes véritablement indépendants sont à la merci du pouvoir. Famara Ibrahima Sagna ainsi que le général Mamadou Niang passent comme étant indépendants, et ont les deux un passé, ayant permis de sauver le Sénégal de graves crises.

C’est grâce à la générosité et le talent de négociateur hors-pair de l’ancien Président du CES, Famara Ibrahima Sagna que Me Abdoulaye Wade, alors principal opposant, avait toujours accepté de négocier avec l’ancien, Président de la République Abdou Diouf, son prédécesseur, au point d’accepter la participation du Parti démocratique sénégalais (PDS) à des gouvernements de majorité présidentielle élargie.

Le général Mamadou Niang peut être présenté comme étant « l’homme providentiel ». Celui qui étant désigné à la tête de l’Observatoire national de l’organisation des élections libres (ONEEL) a conduit le Sénégal pour la première fois à l’alternance avec la chute du régime du Président Abdou Diouf et la conduite de Me Abdoulaye Wade à la tête de la nation.

Compte tenu de leurs passés, l’on doit toutefois se poser la question, pour savoir s’ils ne sont pas muselés par le pouvoir du Président Macky Sall.

La rédaction de Xibaaru