Hivernage 2019 : l’absence de la pluie de plus en plus inquiétante

Le ciel tarde encore à ouvrir ses vannes pour le bonheur des paysans attentistes à une bonne campagne agricole.

Jadis, un arrêté préfectoral mettait fin aux manifestations culturelles et folkloriques pour implorer Dieu à refaire les zones inondables.

Les Imams de mosquée sont invités à des séances de récital de coran de même que les Prêtres à formuler des prières pendant les messes du dimanche.

Les cérémonies de « bawenane » où les femmes s ‘habillaient en pantalons bouffants revêtaient un caractère de soumission à Dieu.

Le savant de l ‘humanité Cheikh ANTA DIOP avait suggéré à l ‘état du Sénégal de procéder à des reboisements intensifs pour parer à l ‘avancée du désert qui profile à l ‘horizon.

Les bergers encore dans l ‘expectative utilise les feuilles des arbres pour nourrir leur troupeau.

Devons-nous toujours dépendre de la clémence du ciel pour résorber le déficit pluviométrique et l ‘alimentation du bétail.

L ‘agriculture au Sénégal traîne avec des lacunes alarmantes. Pourtant nous avons des terres fertiles non encore exploitées, des ingénieurs agronomes et de l ‘eau en abondance.

Le monde rural a besoin de compétences aux visions prospectives pour atteindre les cimes du succès grâce à l’agriculture qui constitue sa principale source de revenu, de vie et de survie.

Abdou Marie Dia pour xibaaru.sn