Ultimate magazine theme for WordPress.

Horreur en RDC…Un journaliste de la télé nationale…égorgé

Une voiture de la radio télévision nationale Congolaise (RTNC)
0

C’est un meurtre crapuleux. En République démocratique du Congo (RDC), un jeune journaliste de la Radio télévision nationale congolaise (RTNC) est mort égorgé dans la nuit de samedi à dimanche à Rutshuru, au Nord-Kivu, une zone  en proie à des violences armées. Que sait-on de la mort du journaliste en question ?

Selon les informations, Héritier Magayane, 26 ans, marié et père de deux enfants, travaillait depuis 2018 pour la station de Rutshuru de la RTNC. Il animait des émissions à destination des jeunes, contre le tribalisme et les groupes armés et pour la paix.

Le journaliste de la RNTC, Héritier Magayane tué par des inconnus

 

Tout est parti d’un appel téléphonique qu’il a reçu. Héritier Magayane a reçu un appel téléphonique d’un interlocuteur qui lui a donné rendez-vous et c’est là qu’il a été tué, égorgé, a précisé Luc Albert Bakole Nyengeke, administrateur militaire du territoire de Rutshuru.

Le jeune  a été tué égorgé par ses bourreaux qui sont partis avec son téléphone. « Nous pensons que son assassinat est lié au service », a estimé un de ses collègues, Roger Sebyeradu, « car après l’avoir tué ils sont même partis avec son téléphone ».

Héritier Magayane animait notamment des émissions à destination des jeunes, leur conseillant de “donner la place à la paix” face à une insécurité chronique dans la région.

Selon l’ONG congolaise, Journaliste en Danger, ce nouveau meurtre de journaliste porte à 17 le nombre des professionnels des médias congolais tués dans le pays au cours des deux dernières décennies.

Pour rappel, le Nord-Kivu et la province voisine de l’Ituri ont été placées depuis trois mois sous état de siège par le Président Félix Tshisekedi pour tenter « d’écraser » les groupes armés par des redditions ou des combats, avait-il annoncé.

Le journaliste Magayane est le deuxième tué au Nord-Kivu depuis l’entrée en vigueur de l’état de siège. Le 9 Mai, trois jours après l’entrée de la mesure, Barthélémy Kubanabandu Changamuka, journaliste d’une radio locale avait été criblé de 8 balles alors qu’il était dans l’enclos de son domicile, dans la localité de Kitshanga, l’un des grands centres commerciaux du territoire de Masisi au Nord-Kivu.

laissez un commentaire