Il tue sa femme, ses enfants de 5 ans et 18 mois et ses 2 neveux

Un drame familial aux origines encore inconnues a conduit à la mort de 5 personnes dont 4 enfants, et 2 autres membres de la famille sont encore en urgence absolue.

5 morts dont 4 enfants dans une même famille, c’est un véritable massacre qui s’est déroulé samedi matin dans un pavillon de Noisy-le-Sec en Seine-Saint-Denis.

Selon le parquet de Bobigny, le meurtrier présumé, serait un homme de cette famille d’origine Sri Lankaise, qui aurait tué sa femme ses deux enfants de 5 ans et 18 mois, ainsi que deux de ses neveux de 5 et 9 ans. Deux personnes étaient encore samedi en urgence absolue. Il s’agit du père et de la mère des deux neveux tués.

« Il revient de loin, s’il n’était pas parti il serait peut-être sur la liste aujourd’hui »

Samedi, dans la rue du drame, un ruban siglé police barre la route des habitants qui voudraient rentrer chez eux. A quelques dizaines de mètres, un bar. C’est son gérant, Mohamed Hemani qui a accueilli l’un des enfants qui a échappé au massacre.

« Il y a un petit qui est arrivé en panique, pieds nus, en pyjama et la tête en sang. Paniqué il me disait qu’il y avait son oncle qui courrait derrière lui et qui voulait lui mettre des coups de marteau, il avait déjà pris un coup sur la tête. Donc je l’ai protégé et je l’ai rentré à l’intérieur.

Entre temps le petit me disait qu’il n’avait que 13 ans et me disait qu’il avait encore ses soeurs ou de la famille dans l’appartement. Il revient de loin, s’il n’était pas parti il serait peut-être sur la liste aujourd’hui. »

Ici personne ne connaît très bien cette famille discrète, a priori sans histoire. Alors pour Fafa la serveuse, c’est l’incompréhension.

« Là aujourd’hui je travaille… Mais j’ai des frissons, c’est horrible. Quatre enfants comme ça au réveil… On les massacre, c’est horrible. Ca touche tous les parents, les enfants, ça touche toute la ville. »

Samedi le tueur présumé était hospitalisé en urgence absolue, on ignore encore ce qui l’a poussé à commettre un tel massacre.