Ultimate magazine theme for WordPress.

Ismaïla Madior Fall essoufflé…il ne peut plus défendre le troisième mandat

Ismaïla Madior Fall, ministre de la Justice
2

Le troisième mandat risque de mener le pays vers le chaos. Le président Macky Sall est dans les dispositions de tenter le diable en 2024. Le chef de l’Etat et ses hommes ne cachent plus leur jeu. Mais leur plan risque de se heurter à la résistance des sénégalais qui veulent changer de régime. Ismaila Madior Fall (IMF) fait partie des fervents défenseurs du troisième mandat. Mais le tailleur constitutionnel paie déjà les frais de son engagement pour l’aboutissement de ce projet. Le natif de Rufisque est l’agneau à sacrifier si les choses venaient à dégénérer…

ismailaLa question du troisième mandat s’est invitée à l’Assemblée nationale. Lors du vote du budget du ministère de la Justice, Ismaila Madior Fall a été « massacré » par les députés de l’opposition. Guy Marius Sagna et Barthélémy Dias ont lancé des bombes dans le jardin du tailleur constitutionnel. Le maire de Dakar a rappelé au ministre de la justice ses positions d’antan sur le troisième mandat. L’audio que Barth a balancé, en pleine plénière, a assommé Ismaila Madior Fall qui n’avait que ses yeux pour regarder.

Pour ne pas se ridiculiser, Ismaila Madior Fall a tenté de répliquer sans faire d’effet. « Si je voulais continuer à faire l’unanimité, je serais resté à l’université. J’aurais dispensé mes cours et je serais rentré chez moi. Si je m’engage en politique, j’assume mes positions et je suis prêt à accepter les critiques. Quand on s’attaque à votre personne en vous traitant de nervi constitutionnel, ce n’est pas poli, mais ce n’est pas grave », ce sont les seuls mots trouvés par le théoricien du troisième mandat. Comme quoi cet homme qui a rédigé la constitution de 2016, est désormais à court d’idées.

Macky Sall qui suit bêtement les faucons du Palais, aurait dû préparer davantage son ministre de la Justice pour qu’il soit en mesure de continuer de défendre son projet suicidaire. Le Ismaila Madior Fall de ce jeudi est différent du tailleur constitutionnel qui trouvait toujours des arguments pour dire que le troisième mandat était faisable. Le ministre, qui s’est présenté devant les députés, ne peut plus défendre le troisième mandat tant contesté du chef de l’Etat. Et cela, Macky Sall le sait.

Mais, il a envoyé son ministre de la Justice se faire laminer par les députés de l’opposition. Les grandes gueules de Benno Bokk Yakaar n’ont même pas pu éviter à Ismaila Madior Fall de se faire démolir par Guy Marius Sagna et Barthélémy Dias. Si cet homme n’est plus en mesure de défendre le projet du troisième mandat, on serait tenté de se demander qui, au sein de la mouvance présidentielle, pourra permettre au locataire du Palais d’être de la course de 2024. Ce ne sera surement pas son tailleur constitutionnel.

Ismaila
Ismaila Madior Fall

Même si le chef de l’Etat réussit à trouver une astuce pour se présenter en 2024, Ismaila Madior Fall sera l’un des premiers à payer le prix fort de cette forfaiture. L’opposition promet de traquer tous les théoriciens du troisième mandat. L’enfant de Rufisque est présenté comme l’une des principales personnes qui a poussé Macky à outrepasser la Constitution. Ces explications ubuesques pourraient convaincre n’importe quel profane que Macky peut faire un autre mandat. Alors que c’est lui-même qui affirmait que la Constitution a verrouillé cette question.

S’il y’a une personne qui doit être accusée de haute trahison, c’est bien Ismaila Madior Fall. Cet homme a toujours dit que Macky ne pouvait plus se présenter pour un autre mandat. Recruté au Palais, il change complètement de discours et tourne le dos au peuple. Contrairement à des personnes comme Mimi Touré qui sont toujours constantes sur la question du troisième mandat. Alors, cela ne surprend personne que le ministre de la Justice n’ait plus d’arguments pour défendre ce projet. Tous les arguments qu’il avait, il les a balancés sur les plateaux télés.

Ismaila Madior Fall doit se mettre en tête que Macky Sall fera son troisième mandat. Les faucons logés au Palais ont perverti les pensées du chef de l’Etat. Désormais, IMF doit faire amende honorable et se démarquer de ce projet suicidaire. Sinon il continuera à être l’agneau que Macky enverra dans la cage des loups. Tout défenseur du troisième demeurera un traître aux yeux des sénégalais. Même un constitutionnaliste comme lui ne peut échapper à cette réalité.

Aliou Niakaar Ngom pour Xibaaru

Afficher les commentaires (2)