Ultimate magazine theme for WordPress.

Journée de l’Enfant Africain…le diagnostic d’un spécialiste

Un talibé (au Sénégal) fatigué dort sur une poubelle
0

Journée Internationale de l’enfant africain : diagnostic pour un avenir rayonnant

afric
Ousmane Sarr, auteur du texte

Qu’ils s’agissent des enfants Skolombo, des enfants Forçats, des Talibés, des Maibobo et/ou des mineurs isolés, l’enfant africain subit de plein fouet les coups de la société. De la stigmatisation à l’étiquetage, de la maltraitance à la traite jusqu’à l’exploitation, des mots ne sauraient traduire leurs maux. Et pourtant en souvenir du massacre de Soweto, le 16 juin 1976, les pays africains célèbrent chaque année la journée internationale de l’enfant. Mais qu’est-ce qu’il en est réellement pour que l’on puisse songer en 2022, à l’élimination des pratiques néfastes.

Un diagnostic sans complaisance mettrait à nu les failles dans les dispositifs africains de protection et de promotion des enfants. En Afrique de l’ouest, plus particulièrement au Sénégal, la journée de l’enfant devrait être matérialisée par des prières si l’on sait combien l’enfance y est devenue une étape de vie cicatrisée.

A la lumière de ce qui constitue l’obstacle majeur à la survie de l’enfant, nous notons : la négligence du côté de la famille, de l’Etat et de la société. Les négligences sont entre autres le fait, pour la personne responsable de l’enfant, de le priver des éléments indispensables à son bon développement et son bien-être. Par conséquent, la privation d’attention constatée à l’endroit du petit, fait resurgir des scénarios ambigus.

Nous prions aux âmes des bébés morts calcinés au niveau des hôpitaux du Sénégal, sans oublier le petit Lansana retrouvé tout dernièrement dans un puit à l’Est du pays. Globalement, les vagues d’enlèvement se multiplient partout dans les pays africains (plus de 730 kidnappings au Nigéria, 3400 violations contre des enfants en RDC et puis 59 millions d’enfants dans le continent, accomplissent un travail pénible. Les talibés vivent dans le calvaire et subissent parfois des crimes rituels et des violences physiques.

Et si l’étau ne se resserre pas, la situation deviendra de plus en plus atroce. Car les pratiques néfastes dont on parle cette année, sont la résultante d’une défaillance dans l’exécution des politiques sociales. Pourtant la Charte africaine des Droits et du Bien-être de l’Enfant affiche clairement en son article 5 que :

1-‘’ Tout enfant a droit à la vie. Ce droit est imprescriptible. Ce droit est protégé par la loi.

2. Les Etats parties à la présente Charte assurent, dans toute la mesure du possible, la survie, la protection et le développement de l’enfant. Le mérite d’un tel article n’est pas seulement aux Etats d’appliquer le texte, mais encore de leur proposer des rôles. Au-delà de tout cela, les Etats demeurent impuissants face au mal-vivre des enfants.

afric
Des enfants travaillent dans une mine d’or en Afrique

Le 12 juin dernier, selon les chiffres des Nations Unies, 16,6 millions d’enfants en Afrique subsaharienne sont astreints au travail depuis 2016. Et on se le demande souvent : à quand la réalité de la convention 182 de l’OIT qui a fait objet de ratification universelle. Ainsi, l’élimination des pires formes de travail des enfants n’est pas totalement débattue alors que son abolition reste d’actualité si l’on prétend considérer l’enfant comme un individu à part entière et qui a des droits.

Dans une dynamique similaire à un schéma d’ensemble, les travailleurs sociaux du Sénégal consacrent leur mission dans les causes sociales, les programmes et politiques pour faire de l’enfant un sujet de droit. C’est ainsi qu’après mures réflexions et au-delà d’un simple vœu, nous proposons une réforme des systèmes nationaux de protection de l’enfant.

Considérant les inégalités sexuelles et sociales comme des facteurs de risques de la maltraitance, il est normal de promouvoir la bientraitance qui se définit ici comme l’ensemble des comportements positifs et encourageants apportés à des personnes dont les adolescents en situation de vulnérabilité.

Cependant la sécurisation de l’avenir est une priorité absolue. Pour se faire, les acteurs doivent prendre en compte les dix ‘’R’’ :

  • Reconsidérer le droit à la vie,
  • Réajuster les systèmes éducatifs nationaux,
  • Réintégrer les cultures nationales dans l’accompagnement des enfants,
  • Repenser le code de l’enfant,
  • Renforcer le dispositif de protection contre l’exploitation des enfants,
  • Résister face à la pauvreté et l’exclusion sociale,
  • Réécrire la Charte africaine des droits et du Bien-être de l’enfant,
  • Réarmer les familles dans la prise en charge des enfants,
  • Recréer le lien familial par la solidarité humaine,
  • Rhabiller les associations et les organismes en faveur de l’enfant.

En phase avec ce proverbe africain, nous disons ; « pour qu’un enfant grandisse, il faut tout un village ». Donc agir pour l’enfance est un devoir pour tous.

Ousmane Sarr

Titulaire d’un Diplôme d’Etat en Travail Social (DETS-ENTSS de Dakar)

Spécialisé en protection de l’enfant

laissez un commentaire