Kédougou : DAMCAM forme le personnel de santé sur les Droits de l’enfant

Le projet DAM CAM a bouclé ce vendredi 6 novembre 2020 un atelier régional de formation destiné au personnel des structures de santé sur les droits de l’enfant et la Santé Sexuelle et Reproductive (SSR).

En ce vingt unième siècle, dans la région de Kédougou, les droits de l’enfant sont encore bafoués à tout prix.

« Ici, dans la famille, l’enfant est considéré comme un moyen de rentrée financière. Ce sont les filles qui vont faire des travaux ménagers dans d’autres maisons pour apporter de l’argent à la famille. Certaines filles s’adonnent à la prostitution. Les garçons s’adonnent aux diouras. Aussi, il y a les mariages forcés, la fille est donnée en mariage à quelqu’un qui est beaucoup plus à l’aise financièrement.

C’est juste pour permettre à ses parents de pouvoir bénéficier des avantages de ce mariage. Les enfants s’adonnent très tôt à l’activité sexuelle. C’est pourquoi, il est bon de les mettre dans de bonnes conditions pour mieux les protéger » a confié Mme Diouf née Anta Ndione, responsable du bureau Genre de l’Inspection d’Académie de Kédougou.

C’est ce qu’a compris le projet DAMCAM en initiant l’organisation de cet atelier de renforcement de capacités du personnel des structures de santé sur les droits de l’enfant et la Santé Sexuelle et Reproductive (SSR).

Au bout de ces trois jours de formation (du 4 au 6 novembre 2020), les objectifs fixés ont été atteints.

droit
Mme Diouf née Anta Ndione, responsable du bureau Genre de l’Inspection d’Académie de Kédougou.

«Après ces trois jours de formation, nous sommes animés par un sentiment de satisfaction. Les participants ont bien suivi la formation, de par les échanges, les interactions que nous avons eues avec eux. Vraiment c’est satisfaisant, nous avons pu atteindre nos objectifs » a précisé Mme Annique Diouma Ndione, responsable Santé Sexuelle et Reproductive du projet DAMCAM

Les échanges ont porté sur plusieurs modules, histoire de bien baigner les participants dans l’environnement de la protection des droits de l’enfant et de la Santé Sexuelle et Reproductive.

Désormais, une attention particulière sera accordée à la prise en charge des adolescents et adolescentes dans les différentes structures de prestations de services de santé.

Le personnel de santé a pris l’engagement d’inviter les adolescents à fréquenter les structures à tout moment. Il sera toujours à l’écoute des adolescents et des adolescentes pour les accueillir et leur offrir les services adéquats dans la confidentialité.

Les participants à cet atelier de renforcement de capacités sur les droits de l’enfant seront suivis sur le terrain pour une meilleure restitution aux autres maillons de la chaine.

« Nous avons fait un planning ensemble avec eux pour faire une restitution parce que ce ne sont pas les sages-femmes et les infirmiers seulement qui sont dans l’offre de services, il y a également les personnels communautaires. Etant donné qu’ils délèguent les taches, nous les avons invités à faire une restitution élargie à ces personnels communautaires (relais, Badienu Gox) surtout en matière de droits, de paquets de services adaptés, de confidentialité, d’accueil» a suggéré Mme Annique Diouma Ndione, responsable Santé Sexuelle et Reproductive du projet DAMCAM

Adama Diaby à Kédougou pour xibaaru.sn