Ultimate magazine theme for WordPress.

La COSYDEP révèle les maux de l’école sénégalaise

0
Agressions physiques et morales, propos désobligeants sont les trois formes de violence dominantes en milieu scolaire, selon une étude de la COSYDEP. Cette étude rendue publique, mercredi, au Lycée Seydou Nourou Tall, à Dakar, a été réalisée en partenariat avec l’ambassade du Portugal et le Service civique national. Elle a concerné les établissements de la banlieue dakaroise. Elle a ciblé les proviseurs, les censeurs, les surveillants généraux, les enseignants et les élèves, rapporte l’APS.
Selon le rapport final, les agressions physiques et morales représentent 12%, les propos désobligeants, 10%. Ces trois formes de violence restent dominantes en milieu scolaire à côté de l’humiliation, les injures, les écarts de conduite, les brimades, la violence sexuelle, entre autres.
A en croire Djiby Diakhaté, Sociologue, enseignant-chercheur à l’Ucad, ’’les victimes de ces violences peuvent être les élèves, les membres du personnel, les enseignants mais également les divers travailleurs présents dans l’espace scolaire’’. Selon lui, ’’la cause de ces violences est souvent liée à des distorsions dans les relations qui existent entre les différentes familles d’acteurs de l’école, mais aussi à l’usage de produits psychotropes comme la drogue’’.
Dans le rapport, 25% des acteurs interrogés mettent en cause les relations entre enseignants et élèves comme facteur principal de cette violence en milieu scolaire. Les 17% attribuent cette violence à la nature des infrastructures, au mode de gestion des établissements, à l’état de l’environnement scolaire.
L’étude a cependant formulé plusieurs recommandations parmi lesquelles l’application de la législation scolaire, la sensibilisation, la mise en place de cadres fonctionnels de dialogue entre les acteurs de l’espace scolaire.
laissez un commentaire