La guerre des chefs aura lieu…Les Mackyllés contre les Wadistes

L'union autour du président Macky (à gauche) et la future coalition de l'opposition avec Wade (à droite)

En perspective des prochaines élections les plus prochaines qui se profilent, notamment celles locales et législatives les plus proches, des tendances se dégagent pour les futures alliances électorales. Le Président de la République Macky Sall qui avait réussi à maintenir la coalition autour de lui, Benno Bokk Yaakar (BBY), est parvenu à l’élargir avec les entrées du Rewmi et du Parti des libéraux et démocrates/And Suqali (PLD/AS) de Oumar Sarr. Macky Sall tient le Grand Parti (GP) de Malick Gakou, et avait réussi lors de la dernière élection présidentielle de s’offrir le soutien de l’Union des centristes du Sénégal (UCS) d’Abdoulaye Baldé.

Un grand bloc qui doit faire face, si la configuration qui se dessine actuellement au niveau du camp présidentiel prend forme de faire face à un autre bloc. Celui qui va en rester de l’opposition. Un bloc qui se formera autour de l’ancien Président de la République Me Abdoulaye Wade, donc qui sera composé pour l’essentiel, du Parti démocratique sénégalais (PDS), du Pastef d’Ousmane Sonko, de Taxawu Sénégal de Khalifa Ababacar Sall, Barthélémy Dias, Bamba Fall…

Le bloc présidentiel largement favori

Avec ces deux blocs en face, la coalition présidentielle dirigée par Macky Sall part grandement favori. Rien que Macky Sall et Idrissa Seck capitalisent 80% de l’électorat au Sénégal, si l’on se fie aux résultats de la dernière présidentielle. Un bloc qui risque donc de tout ravager sur son chemin lors des prochaines échéances électorales.

Le bloc qui sera formé par l’opposition, présente à bien des égards des signes de faiblesse. C’est un bloc qui présente bien des tares. Le Chef du Pastef qui se trouve pressé dans sa quête d’être le leader de l’opposition, ne pourra jamais supporter de façon durable d’être sous l’ombre tutélaire de Me Abdoulaye Wade. Il y a aussi, faut bien le reconnaître que Me Abdoulaye Wade, le lourd handicap d’être trop vieux. Son fils Karim Wade qu’il tient à imposer aux Sénégalais, est longuement absent du territoire national, confronté qu’il est à un « exil forcé ». Quant à Khalifa Sall, il est exclu de ces échéances électorales, du fait de l’inéligibilité qui le frappe pour le moment.

La rédaction de Xibaaru