La présidentielle va coûter des milliards en…Guinée Bissau

La présidentielle bissau-guinéenne du 24 novembre prochain coûtera 5,9 millions d’euros, soit plus de 3,8 milliards FCFA, a annoncé lundi Odete Semedo, ministre de l’Administration territoriale et de la Gestion des élections.

Ce calcul a été effectué après un processus de compression décidé par le ministère des Finances alors que le budget initial était d’environ 8,7 millions d’euros, soit 5,7 milliards de FCFA, a assuré la ministre au sortir d’une rencontre avec les partis politiques.

Le montant officiel inclut les dépenses et les dettes présentées par diverses entités participant au processus, notamment le ministère public, le ministère de la Justice, la Commission nationale électorale (CNE), les forces de défense et de sécurité, le Bureau d’appui technique au processus électoral (GTAPE) et le ministère de l’Administration territoriale et de la Gestion électorale lui-même.

La ministre Odete Semedo a toutefois souligné que les partenaires internationaux qui devaient financer une partie du budget électoral « ont déclaré catégoriquement » qu’ils ne vont plus s’endetter et que « le gouvernement doit s’engager à les rembourser promptement et de manière responsable ».

Les dettes avec les fournisseurs sont actuellement estimées à environ 900 millions de FCFA, qui ne seront payées qu’après audit, a précisé Mme Semedo.

Sur le montant global prévu pour la présidentielle, le gouvernement bissau-guinéen « finance déjà les principales dépenses » et le Portugal a déjà proposé de fournir du matériel électoral qui devrait être comptabilisé dans le budget, a-t-elle poursuivi.

Par ailleurs, a ajouté Odete Semedo, « tout est sur la bonne voie et nous espérons que le 24 novembre ne doit pas échouer ».