La sécurité intérieure en question

Par Mbassa Diaw

La meilleure manière d ‘assurer la protection des populations est d ‘appliquer la peine de mort dans le code de procédure pénale.

Le renforcement des corps de répression ne concourt pas en réalité à dissuader les malfaiteurs à commettre leurs forfaits. L ‘État n’a pas la possibilité de placer un policier auprès de chaque citoyen.

En Afrique, le politicien a peur d’un marabout influent de par sa capacité à donner des consignes de vote, le marabout a peur d ‘une femme – vipère capable de déverser sa bile dans la cour de la maison, la femme a peur du bandit agissant avec méchanceté et le bandit a peur du policier ou du gendarme. Nul n ‘est censé ignorer la loi à tout point de vue.

L ‘État continue à nourrir des meurtriers dans les prisons où les détenus préservent un traitement de qualité. Dans la maison d ‘arrêt et de correction, où se place la correction d ‘un homme osant tuer froidement son prochain. Un meurtre commis sans une sévère sanction conduit toujours à un second meurtre. Un homme accusé de meurtre a toujours tué ouvertement à nouveau pour atterrir en prison. C ‘est la loi de la nature.

Compris sous cet angle, le droit islamique a dressé des équivalences de sanctions pour amener les gens à respecter les lois.

Mbassa Diaw surveillant au lycée de Bambey