Ultimate magazine theme for WordPress.

Pr Kitane : « l’Afrique doit rompre cette fixation sur la France »

0

L’intellectuel africain : l’art et le bonheur d’être étranger à soi

La différence entre l’intellectuel africain et celui asiatique, c’est que le premier pense le monde en ayant les yeux et l’esprit rivés sur l’Occident là où le second cherche plutôt à se libérer de ce centre de gravité artificiel pour se voir, se penser se comprendre et se prendre en charge lui-même. Nous cherchons la reconnaissance des occidentaux de sorte que nous ne réussissons qu’en nous expatriant (physiquement ou intellectuellement) alors que l’asiatique lui prouve sa réussite en faisant le chemin inverse. Les premiers étudiants indiens en informatique formés à la Silicon Valley sont devenus les grands capitaines de l’industrie numérique aux États-Unis mais aussi dans leur pays.

En Afrique on donne des bourses pour gâter des étudiants alors qu’en Inde on donne des bourses pour atteindre des objectifs prédéfinis, clairement planifiés. Ce n’est pas étonnant si aujourd’hui un tiers des ingénieurs d’Apple sont indiens ! A quoi sert d’envoyer des étudiants à l’étranger pour étudier la littérature, la philosophie, etc. ? Le journal en ligne Libération révélait le 12 Mai 2012 que « Bangalore, la Silicon Valley indienne attire de plus en plus de Français, qui viennent, le temps d’un semestre, se former dans ses prestigieuses écoles. ». Comment un tel renversement a-t-il eu lieu ?

Il faut remonter à l’accession à l’indépendance en 1947, pour comprendre la portée du travail des autorités de ce pays dans le domaine de l’éducation et de la formation, principalement celle d’une main-d’œuvre technique qualifiée. Le gouvernement central a eu la bonne intelligence de créer des institutions d’élite, les Indian Institutes of Technology (IIT) [inspiré du modèle de Massachusetts Institute of Technology (MIT) aux États-Unis] où a été formée dans les années 1930 et 1940 une partie de la classe industrielle et de l’élite technologique du pays. Le premier est créé à Kharagpur (dans l’État actuel du Bengale-Occidental) en 1951.

Pendant ce temps, de 1960 à aujourd’hui, quel institut de technologie nous a valu des innovations technologiques ? Quels étudiants envoyés en France sont venus installer des unités industrielles dans leur pays ? Au lieu de cela, on a droit par exemple à des vampires qui viennent sucer le peu de sang qui coule dans les veines de la SENELEC (c’est ça donc « Akilee », l’intelligence du Sénégalais ?).

Les politiques africains reproduisent le même schéma que nos intellectuels. Les politiques publiques, les investissements et les prévisions sont faits en fonction des modèles de l’étranger. Nous nous projetons sur les autres au point de ne plus avoir d’yeux pour nous voir tels que nous sommes. Cette façon de penser propre à l’intellectuel africain n’est pas seulement extravertie, elle est servile : l’autre est notre « miroir » existentiel. Les pratiques esclavagistes et les religions qui leur ont servi de déblaiement culturel ont profondément ancré dans nos consciences la néantisation de soi comme condition sine qua non d’être universel ou d’être tout court.

La langue d’acquisition du savoir, le port vestimentaire, la cinématographie (il suffit de regarder les télévisions et le cinéma africain pour voir l’étendue du désastre psychologique) les contenus pédagogiques, l’urbanisation, nos choix économiques, nos prénoms, nos systèmes politiques, … Tout renvoie à l’étranger. N’être que par le regard et le jugement d’autrui, c’est finalement ne pas être.

Les politiques sont coupables de ne pas avoir donné aux intellectuels africains les moyens de s’épanouir intellectuellement et financièrement, mais cela n’explique pas cette cécité intellectuelle qui nous fait penser que sans l’Occident nous ne pouvons penser l’universel. L’exode des cerveaux n’est pas une fatalité, mais la difficulté c’est qu’on peut être chez soi et produire de manière extravertie.  La fuite des cerveaux prend racine dans la tête : c’est d’abord une pensée extravertie qui féconde des comportements extravertis. Le professeur Souleymane Mboup (c’est peut-être lié à son statut de militaire) travaille avec les grands esprits de la recherche dans son domaine et pourtant il est resté au pays !

C’est pourquoi cette histoire de « Comité Mbembe* » appelé réfléchir sur la nature des relations que la France bienveillante devrait désormais avoir avec l’Afrique reste un agenda français. Les grands noms de l’intelligentsia africaine vont ainsi être happés pour servir de décor idéologique ou de faire-valoir à la politique impérialiste de la France. Pourquoi les Africains, de façon souveraine, à défaut d’une commande explicite de leurs Etats, ne pourraient pas produire ce genre de réflexion pour leurs pays ou pour l’UA ?

Il est temps de rompre cette fixation sur la France et l’Europe. On a tout essayé avec elles depuis des siècles, et le résultat est là. Il faut oser investir d’autres créneaux, d’autres modèles. Il faut une pensée africaine ouverte certes sur le monde, mais suffisamment ancrée dans nos réalités et besoins pour nous sortir de cet état. Il nous faut de grands Instituts de recherche confiés à des intellectuels restés au pays. On peut tirer beaucoup de choses de l’expertise d’un professeur comme Djibril Samb, par exemple, afin de penser une école et des universités de développement. Ce pays a besoin d’eux et ils ont encore la force et les moyens de le servir.

Alassane K. KITANE.

*Ndlr : Une initiative du président Français Emmanuel Macron qui porte le nom de l’historien camerounais Achille Mbembe dont le but est de recueillir des propositions concrètes dans 12 pays Africains afin de réformer les relations entre le continent Africain et la France.

Laisser un commentaire