Ultimate magazine theme for WordPress.

Latif Coulibaly : « Les Législatives seront déterminantes pour la nomination du PM »

0

Ministre Secrétaire général du Gouvernement, Abdou Latif Coulibaly revient, dans un entretien, sur l’actualité marquée par le parrainage pour les prochaines élections législatives, la nomination d’un Premier ministre.

« Je ne pense pas qu’on puisse résumer l’envoi d’émissaires à la seule dimension des listes parallèles même si cette dimension-là fait partie des préoccupations de Monsieur le Président de la République et de l’ensemble de la coalition. Il faut quand même considérer que ces élections sont d’un enjeu fondamental ; il était de bon ton et de très bon aloi que le Président envoie d’abord des missions de remerciement, de remobilisation des militants et des citoyens sénégalais qui ont voté dans un très grand nombre pour les listes de « Benno ».

Si on gagne 439 communes et collectivités territoriales sur un total de 557, avec un nombre de suffrages assez conséquent, on devait quand même saluer cela et dire merci à ceux qui ont permis cette victoire. Ensuite il faut expliquer que cette victoire-là en est une mais qu’on a besoin d’autres victoires et surtout la victoire lors des prochaines législatives. Et pour cela, il faut y aller dans l’unité, la concorde et la paix. Si nous abordons les législatives comme on a abordé les locales, il peut y avoir des problèmes assez sérieux.

C’est une démarche prudente et responsable que d’envoyer des missions qui remercient les gens, mais également attirent davantage leur attention sur la nécessité d’être dans la concorde et la cohérence pour aborder ces prochaines élections qui vont déterminer également comment le Premier ministre devrait être nommé et qui sera nommé, donc pour rester au moins deux ans avec le Président de la République en activité. Si de façon exceptionnelle, l’opposition gagne les élections, ce serait la cohabitation. Il n’est à mon avis pas très bon, pour la stabilité du pays, que des cas de cohabitation puissent arriver en particulier dans nos pays où la place de la démocratie, dans sa pratique, pose quelques problèmes. Je pense qu’il était indiqué d’attirer l’attention des uns et des autres sur ces questions-là.

Maintenant, il est clair que ce ne sera pas très facile de limiter les listes parallèles parce que le Sénégal est un pays de liberté et d’indépendance, un système démocratique où chaque individu, d’après ce qu’il considère comme étant ses moyens et ses atouts, pourrait être tenté de présenter sa candidature à une élection. De façon absolue, on ne peut pas dire qu’on ne va pas avoir de problème de listes parallèles. Notre responsabilité est de tout faire pour l’éviter au maximum possible et réduire de façon substantielle sinon annihiler toutes les velléités d’avoir des listes parallèles à celle que le Président de la République, avec la coalition et les responsables, vont être amenés à choisir pour diriger les listes de la coalition.

Maintenant, il est toujours assez présomptueux, comme le font certains d’ailleurs, de penser que les résultats que nous avons eu aux locales préfiguraient nécessairement une cohabitation. Ce n’est pas mon sentiment, au contraire, même si nous ne devons pas être naïve parce qu’une élection n’est jamais gagnée d’avance, nous pouvons quand même dire et de façon certaine que nous partons vers ces élections avec des atouts assez remarquables. C’est à nous de nous organiser davantage et d’être beaucoup plus responsables et plus cohérents dans nos démarches politiques et dans la pratique pour que nous ayons une victoire aux législatives de 2022.

Maintenant, on ne peut pas dire de façon absolue que c’est acquis. Il faut toujours y aller et travailler pour avoir la victoire. Je pense qu’il faut être responsable, conscient des enjeux et se préparer à se battre pour y arriver. On veut arriver à la victoire finale au soir du 31 juillet 2022. C’est possible, c’est faisable et c’est le contraire dont on peut douter, mais douter aujourd’hui de la capacité de « Benno » à gagner, ce n’est pas raisonnable. Par contre, refuser d’être naïf au point de croire que tout est acquis, ça c’est un impératif », a déclaré Latif Coulibaly dans un entretien avec « Le Soleil ».

laissez un commentaire