Le confinement…ce mal nécessaire qui va affamer les ménages

Confinement des Sénégalais face au coronavirus : Les dégâts collatéraux d’une telle mesure

Le Sénégal fait face à l’invasion d’un ennemi très puissant, dangereux, très mortel rendu par son invisibilité qu’est le coronavirus. Pour lui faire face et le tenir en échec, aucune mesure n’est de trop. L’on parlait tantôt de l’insouciance dans le comportement des Sénégalais face à l’ennemi. La guerre contre le coronavirus est engagée. Dans une situation de guerre, des mesures comme l’état d’urgence, le couvre-feu, le confinement des populations deviennent nécessaires. Le Sénégal en est à cette situation, et l’autorité tarde à prendre les mesures qu’il faut. Comme si, l’heure est au tâtonnement. Prendre des mesures de restriction contre la liberté de circulation et d’agir des populations devient plus qu’urgent.

Des mesures qui impacteront négativement dans certains endroits du devenir d’une large frange de la population, il est vrai, mais qu’il convient de prendre. C’est dire que dans la guerre engagée contre le coronavirus, les dégâts collatéraux ne manqueront pas. La majeure partie des Sénégalais tirent quotidiennement le diable par la queue.

C’est tout un secteur celui dit informel qui sera le premier à souffrir des conséquences des mesures dont l’Etat est obligé de prendre face à la situation. Du marchand, vendeur ambulant, au charbonnier, restaurateur, ce sont des millions de personnes à avoir à souffrir des conséquences de la situation, si l’Etat prend les mesures restrictives, hélas obligatoires pour lutter contre le coronavirus.

Des mesures qui causeront, il est vrai un désastre sur le plan économique et social. La question va être quelle doit être la solution pour venir en aide aux millions de Sénégalais qui vont souffrir, mais qu’il faut sauver du coronavirus, en les obligeant au confinement qui ne peut qu’être désastreux. L’Etat du Sénégal, malgré la modestie des moyens, ne doit pas défaillir face à ses obligations. C’est dire que l’Etat doit consacrer une partie des fonds collectés dans le cadre de la lutte contre le coronavirus, mais lui-même débloquer un montant pour soutenir les populations dont la plus grande partie est confrontée chaque mois au paiement du loyer, de l’eau, de l’électricité, sans compter la dépense quotidienne.

Une chaine de solidarité doit être développée partout au Sénégal durant cette terrible épreuve. Les Sénégalais à quelque échelon qu’ils se situent doivent être conscients de la situation. Des sociétés comme SENELEC, SEN’EAU, les agences immobilières, les propriétaires de maisons qui les louent, chaque entité est appelée à jouer son rôle dans cette chaîne de solidarité à mettre en place.

La rédaction de Xibaaru