Coronavirus…l’Etat ne doit-il pas instaurer l’état d’urgence et le couvre-feu ?

Guerre contre le coronavirus : Face à l’indiscipline de certains Sénégalais, l’Etat ne doit-il pas instaurer l’état d’urgence ?

Face à la propagation vertigineuse de coronavirus, le Président de la République Macky Sall a pris une série de mesures dont certaines restent inefficaces. A chaque jour, le nombre de personnes contaminées au Sénégal s’élève. Les chiffres deviennent alarmants. Il est vrai que si le coronavirus est en train de franchir des barrières dressées pour faire face à sa propagation, c’est parce que certains Sénégalais se montrent inciviles.

Malgré les alertes pour restreindre les regroupements, certains Sénégalais continuent de faire comme si de rien n’était. Dans les places publiques, on voit des Sénégalais qui continuent à faire comme si de rien n’était. Ils se regroupent, prennent le thé ou le pot ensemble. Braver les mesures d’interdiction de l’autorité est devenu un autre virus au Sénégal. Les Sénégalais sont tout simplement insouciants.

Au Président de la République Macky Sall face à l’insouciance de certains Sénégalais de corser les mesures.

L’heure est grave. Il est temps pour le Président de la République d’instaurer l’état d’urgence ainsi que la mesure extrême qui s’ensuit le couvre-feu. Dans certaines situations, le pouvoir doit se montrer autoritaire. Les récalcitrants aux mesures déjà arrêtées pour engager la guerre contre le coronavirus, méritent d’être sanctionnés sévèrement. Nul ne peut mesurer l’ampleur du mal que va causer le coronavirus, aussi bien sur le plan sanitaire que sur celui économique et social.

Jusqu’ici, l’on constate des poches de résistance dans certains endroits au Sénégal. Des attitudes restent toujours. L’indiscipline ne peut aller de pair avec la guerre contre le coronavirus. Des sanctions fermes doivent être prises à l’endroit de tout contrevenant. Il urge pour le Chef de l’Etat d’instaurer l’état d’urgence suivi d’un couvre-feu. Il faut prendre le bâton à la place de la carotte quand la situation le dicte. Et, on en est arrivé à cette situation au Sénégal. L’Etat ne peut jouer au médecin après la mort à un moment aussi grave où c’est l’existence de toute une population qui est menacée. Il est temps d’agir.

La rédaction de Xibaaru