Le COVID nous enseigne…Par Issa Sall

L’épidémie née de l’apparition d’un nouveau coronavirus bouleverse le monde et fait vivre à chaque individu, des moments d’angoisse terrible. Je pense que la mienne est de la même intensité que celle vécue par tout un chacun. Je pense que la peur est bonne conseillère dans la situation que l’on vit. Planquons-nous, comme tous les experts nous y invitent. Mais faisons face à cette guerre qui n’est pas du tout conventionnelle. Se cacher ne nous vaudra pas une accusation de désertion parce que le combat qui se mène est aussi asymétrique. En effet, ce sont les généraux qui sont envoyés en première ligne et la soldatesque, c’est à dire nous tous, qui est derrière. Il nous est demandé uniquement de nous planquer, pas honteusement mais en respectant les consignes sanitaires.

En dehors de la Chine, aucun gouvernement n’a encore remporté la guerre chez lui. Le nôtre nous inquiète, ajoutant à notre angoisse celle de voir les batailles se suivre et se perdre. Si la sensibilisation est massive, la communication gouvernementale ne rassure pas. Le chef de l’Etat a bien alerté, s’est lavé les mains devant caméras, mais il s’est préoccupé davantage de ne pas froisser la susceptibilité des chefs religieux que de poser de actes de chef de guerre pour contraindre tout le monde à mener le combat là où il se trouve avec les moyens qui sont à sa disposition : rester chez soi, éviter les attroupements, se protéger et éviter les actes qui propagent le virus. Il n’a pas enfilé son uniforme de chef des armées qu’il avait portée pour un tuyau percé de la SDE.

Qu’a fait le gouvernement ? Envoyer un ministre en avion avec une caméra qui filme même le véhicule sur la route qui rencontre un chef religieux pour lui dire …merci d’avoir mis fin à un regroupement qui aurait permis à l’ennemi de mieux pénétrer nos lignes de défense. Et puis, en voilà un autre d’une autre étoffe qui dans un grand boubou immaculé qui s’en va féliciter un autre chef religieux pour les mêmes raisons. Le même ministre d’Etat nous annonce pour faire buzz que le gouvernement va faire la tournée des chefferies religieuses pour tapoter l’épaule du khalife et lui susurrer des mots gentils. Notons, et c’est important, qui a été à l’archevêché pour féliciter l’Eglise sénégalaise qui, très tôt, avait décidé de suspendre les cérémonies populaires, les messes, kermesses, mariages, etc. ?

Cette attention accordée aux chefferies religieuses ne saurait être considérée comme un excès de civilité, mais c’est bien un abus de servilité de l’Etat.

De qui se moque-t-on avec cette communication douteuse ? Il a fallu le 21ième communiqué du ministre de la santé pour que l’on salue le travail des personnels de santé. Tous les Sénégalais estiment avec lucidité que les mesures extrêmes ne sont pas applicables dans un pays où la partie de la population vivant sous le seuil de pauvreté était projetée en 2020 à plus de 35% dans des études anciennes. Le confinement est aléatoire, la fermeture des marchés compliquée, l’interruption du transport public difficile. C’est pourquoi, malgré certains actes (les hésitations et la recherche de connivence avec les chefferies religieuses) nous pouvons comprendre que devant cette guerre que nous impose le Covid19, le gouvernement se montre désemparé et désarmé.

Il était attendu des autorités plus d’autorité. Sur ce plan, la République a perdu dans cette guerre. Espérons qu’au moins, les populations en auront beaucoup appris sur ceux qui nous dirigent : les chefs politiques et les chefs religieux. Il n’y a rien de plus instructif que la maladie pour ouvrir les yeux sur la vie. Alors avec une pandémie…

Issa SALL, journaliste