Le meurtrier du frère du footballeur Serge Aurier…arrêté

Un homme a été placé en garde à vue mardi soir dans le cadre de l’enquête sur le meurtre de Christopher Aurier, frère du footballeur ivoirien Serge Aurier (Tottenham, ex-PSG), tué par balle lundi à Toulouse (Haute-Garonne).

L’homme s’est présenté vers 18 heures au commissariat central de Toulouse pour avouer le meurtre dans la nuit de dimanche à lundi de Christopher Aurier, 26 ans.

Selon le quotidien La Dépêche, il a été tué à la sortie de la discothèque le Kin’s. Après le coup de feu, Christopher Aurier est « sérieusement blessé par balles mais encore vivant. Les premiers soins lui sont prodigués par des témoins avant son transport dans un état désespéré à l’hôpital de Rangueil. Il meurt peu après », relate le quotidien régional.

Des témoins évoquent « un différend amoureux » qui pourrait avoir été à l’origine de cette agression mortelle. Mais il n’y a eu aucun éclat de voix qui aurait pu laisser supposer une altercation.

« Je ne le connaissais pas personnellement avant mais je lui ai parlé. Il était jovial, détendu, souriant et n’avait visiblement pas d’angoisse particulière», explique au quotidien régional une personne présente à cette soirée.

«Des qualités physiques et humaines»

Petit frère du footballeur international ivoirien, Christopher Aurier jouait également au football, mais à un niveau amateur, licencié au Toulouse Rodéo (5e division). A l’US Chantilly (Oise), où il avait été recruté à la mi-janvier 2019, il n’avait plus donné de nouvelles à partir du mois de mars. Il s’était excusé en expliquant qu’il avait des « soucis familiaux et devait rester à Toulouse. Dommage parce qu’il avait vraiment des qualités. On ne l’avait pas pris juste parce que c’était le frère de l’autre… », a confié au Parisien Babacar Mbaye, le président délégué de l’USC.

Christopher Aurier, « défavorablement connu de la justice » selon une source policière, a été formé au RC Lens comme son frère aîné Serge, mais n’a pas réussi à percer au plus haut niveau. La Dépêche souligne, elle, que « ses qualités tant physiques qu’humaines sont unanimement louées ».