Le PDS de Wade renoue avec les démons de la violence

Violences au PDS lors de la vente des cartes du parti

Opération de ventes des cartes : Le PDS renoue avec les démons de la violence

Chassez le naturel, il revient au galop. Le Parti démocratique sénégalais (PDS) renoue avec les démons de la violence. Voilà un parti, qui, à l’instar du Parti socialiste (PS) renouvelle toujours ses structures dans la violence. Le Pds a toujours été dans cette trajectoire. Le pire a été dans cette funeste entreprise de mettre Karim Wade au pouvoir, dans le seul dessein qu’il soit le successeur de son père à la tête de ce parti, afin qu’il soit futur Président de la République.

Karim Wade dont tout le monde sait que c’est lui seul qui tire les ficelles au PDS, est en train d’écarter tous ceux qui lui font de l’ombre. Oumar Sarr, Me Amadou Sall, Babacar Gaye ainsi que tous ceux pouvant contester son leadership, ont été contraints de quitter le PDS. La voie libre pour Karim Wade, seulement ce dernier se montre insatiable.

Karim Wade cherche à écarter des opérations, un individu comme Bara Gaye classé numéro 2 du PDS, après qu’Oumar Sarr a été écarté. Un homme dont il était dit qu’il répondait toujours du doigt à l’œil à Karim Wade. Bouleversant, lorsque ce sont ces deux hommes qui sont la cause de cette violence au sein du PDS où devient la guerre de positionnement. L’opération de vente des cartes du PDS entamée, devient une véritable lutte où tous les coups sont permis, rien que pour son contrôle.

C’est à une véritable partie de pugilats à laquelle on assiste, depuis que les opérations de vente des cartes de ce parti dont l’enjeu est de conforter la position de celui qui prendra les rênes de ce parti et succédera à Me Abdoulaye Wade qui fait tout pour que cela soit son fils, est entamée.

Me Abdoulaye Wade est réputé comme un homme qui ne lâche jamais le morceau tant qu’il le tient. Un homme qui ne s’arrêtera jamais dans son ambition de se faire succéder par son fils, quitte à ce que son parti renoue avec les démons de la violence. Le PDS, rien que pour des ambitions et des vicissitudes de quelqu’un que l’on cherche à mettre aux commandes quoi qu’il advienne, remet la violence au centre de la politique.

La rédaction de Xibaaru