Le Poète Amadou Lamine Sall peiné par le décès de Ngaido Bâ

Amadou Lamine Sall, secrétaire Général de la Fondation Gorée

Il m’est toujours difficile de croire que certaines personnes peuvent mourir.

Notre cher, si cher frère et ami Ngaido en fait partie.

Comment des êtres pareils peuvent nous quitter et à jamais ?

Je suis un croyant mais j’ai le droit d’être peiné et malheureux.

Oui, tout a été dit par ses amis, ses proches : Ngaido était l’ami de tous. Il savait se faire aimer. C’était un homme de paix et de consensus. Il vous donnait envie de vivre et d’espérer ! Quel bonhomme ! Oui, une belle, une très belle âme !

Le Sénégal perd un fils magnifique dont la culture était la respiration. Courageux, il savait l’être. Ce n’était pas un muet. Il s’assumait. Il se faisait respecter. Dans l’ombre, il faisait avancer les choses. On ne touche pas aux créateurs. On respecte la culture.

Il était difficile de ne pas aimer Ngaido. Il fut un ambassadeur hors pair du Sénégal. Il avait encore beaucoup à nous apporter.

Restons avec lui. Ne l’oublions jamais. Nous, nous savons qu’il nous manquera.

Amadou Lamine Sall, poète-18 janv.