Le Sénégal…un hub régional de premier choix

Investissements en Afrique : Tout prédestine le Sénégal à être un hub régional de premier choix[1].  

Cheikh-Mbacké SENE, Expert Communication d’influence et en intelligence économique

Par Cheikh Mbacké SENE

En 2018, le Sénégal flirte avec le Top10 des destinations les plus attractives du continent africain, en termes d’investissements directs étrangers (IDE)[2], confirmant ainsi sa progression de ces dix dernières années. Cette attractivité relative est un acquis qu’il importe de sécuriser et préserver, si l’on considère la contribution des implantations étrangères à la croissance économique du pays.

L’attractivité d’un territoire est un concept et une mesure multidisciplinaire au carrefour de l’économie du développement, de l’économie financière, du droit comparé et de la science politique. Cette mesure vise à quantifier et comparer l’attrait relatif de différents territoires concurrents pour des flux d’investissements «rares», en les évaluant quantitativement et qualitativement sur une série de variables telles que la croissance du PIB, le taux d’imposition, le rapatriement des capitaux, la qualité de la main d’œuvre et la stabilité politique. Si l’on se réfère à cette définition complète et du fait des immenses efforts consentis par le  Sénégal pour en arriver là, on peut mesurer dores et déjà les difficultés du pays à se maintenir parmi les ténors. Difficile mais pas impossible. D’où l’importance de poursuivre la politique de séduction des firmes internationales. Même s’ils constituent des arguments de valeur dans l’attractivité du pays, la stabilité politique et les importantes réalisations infrastructurelles et structurelles à elles-seules,  ne suffisent pas à sécuriser les acquis, et faire du pays un hub régional de premier choix et durable.

L’Etat du Sénégal doit faire valoir une certaine constance dans sa stratégie en l’axant systématiquement sur l’identification des principaux déterminants des investissements étrangers.  Le thème de l’attractivité est d’une grande actualité car tous les pays de la planète, sans exception, font de l’attraction des implantations des firmes étrangères une priorité de leur politique commerciale et industrielle. Les Africains ne sont pas en reste d’où une féroce guerre de séduction. Si les territoires ont besoin des firmes multinationales, les entreprises à leur tour ont besoin des territoires (Hatem, 2004). D’une part, les groupes multinationaux cherchent à tirer profit des avantages très divers offerts par les différentes régions du monde, en optimisant la structure spatiale de leurs activités et en s’implantant là où elles espèrent trouver les meilleurs ressources et avantages; d’autre part, les gouvernements locaux cherchent à s’appuyer sur les firmes multinationales à travers leurs investissements et les transferts de technologies associés, pour atteindre leurs objectifs de croissance ou d’emploi. Dans cette perspective, les gouvernements se sont lancés depuis plusieurs années dans des politiques de promotion des territoires aboutissant au renforcement des facteurs d’attractivité, afin qu’ils satisfassent au mieux les nouvelles exigences et attentes des firmes multinationales. Mais pour le Sénégal, l’approche doit évoluer vers de nouvelles orientations prioritaires, remodelée avec une certaine intelligence qui met également le Sénégalais au centre.

Orientations prioritaires : De l’intelligence économique dans la politique de promotion et investissements profitables aux Sénégalais. 

La lutte active contre la corruption et l’amélioration des cadres politiques et réglementaires doivent être approfondies pour instaurer et consolider la crédibilité et maintenir la dynamique des réformes. Loin d’être une action ponctuelle, l’amélioration du climat d’investissement est un processus. Il importe à l’Etat de mettre en place des moyens d’évaluation régulière pour une évolution relative. La corruption peut alourdir le coût de l’activité économique et lorsqu’elle gagne les hautes sphères de l’État, elle peut entraîner de profondes distorsions dans les politiques publiques. La confiance qu’ont les entreprises en l’avenir et surtout en la crédibilité des politiques publiques du Sénégal va déterminer leur choix définitif et l’approche d’investissement.

Identifier et concentrer les efforts au Top 10 des pays pourvoyeurs d’investissements directs étrangers vers l’Afrique que sont  les Etats Unis (130 projets en Afrique en 2018), le Royaume Uni (72), la France (61), la Chine (54), l’Allemagne (39), la Suisse (30), l’Afrique du Sud (29), la Pays-Bas (22), les Emirats Arabes Unis (19) et l’Italie (17).   Tout cela pour un objectif : faire du Sénégal un réceptacle par excellence de « modèles obliques » et de hub régional de premier choix. En comparant les coûts de productivité et qualité de main d’œuvre, le Sénégal peut être une destination privilégiée durable d’investissements verticaux, parce qu’offrant une meilleure rationalisation des dépenses pour les investisseurs. Cela peut faciliter la réexportation par la suite le produit final vers le pays d’origine.  Les atouts stratégiques actuels prédisposent le Sénégal à un hub à défaut d’être un terreau d’investissement final, mettant en valeur une nouvelle forme d’investissement direct étranger. Il s’agit du « modèle oblique », selon lequel une firme multinationale procède à un investissement dans le pays qui sera considéré comme une « plate-forme de production » pour exporter vers un groupe de pays voisins (espace CEDEAO avec les avantages que procure la Zone de libre-échange continentale africaine « ZLECAf »). Mais encore faudrait-il que le travail entamé se poursuive.

La réflexion doit être également engagée de la manière à protéger l’économie nationale avec un régime spécial aux investisseurs sénégalais (exemple : la diaspora qui ne doit être logée à la même enseigne que les investisseurs d’origines non sénégalais). Mais aussi faire en sorte que les Sénégalais gardent la mainmise sur leur économique, quel que soit le flux d’IDE et la position du Sénégal dans le Top10. Cela suppose tirer également enseignement des impairs dans le dossier des « impactés » du TER et du péage ; avoir une approche PPP plus profitable aux TPE, PME et Start-ups sénégalaises (sujet du prochain article).

Cheikh Mbacké SENE 

Consultant en Communication d’influence et Intelligence Economique 

Président du Forum Economiques Générescence « FEG Dakar »[3]