Ultimate magazine theme for WordPress.

Les talibans Sénégalais…SONKO, Guy Marius, Aliou Sané et Cheikh Tidiane Dieye

De g à dr : Ousmane Sonko, Guy Marius, Aliou Sané et Cheikh Tidiane Dieye
3

C’est l’ère des talibans. Ils ont pris possession de l’Afghanistan. Ils sont enturbannés, armés et dangereux. Ils imposent leur loi par la force et règnent par la terreur. Mais il n’y a pas qu’à Kaboul qu’on trouve les Talibans. L’Afrique a aussi ses talibans comme le Boko Haram. Et le Sénégal compte aussi des Talibans qui harcèlent, intimident, menacent et comptabilisent déjà des morts sur les routes…Ils ont tous leur barbichette d’islamistes enturbannés.

Ils sont leaders du FRAPP (Front pour une révolution anti-impérialiste populaire et panafricaine), du Pastef (Patriotes africains du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité), du Mouvement pour la Défense de la Démocratie (M2D) et de Y en a marre…Guy Marius Sagna, Ousmane Sonko, Cheikh Tidiane Dieye et Aliou Sané sont des activistes et politiciens qui ont des démarches similaires aux talibans. Ils pratiquent la stratégie de la terre brûlée…

Brûler tout sur leur passage pour arriver là leurs fins. Ousmane sonko traîne déjà 12 morts derrière lui ; et malgré cela, il ne s’est pas empêché de menacer d’une seconde vague encore plus dévastatrice que la première émeute meurtrière. Tout comme Guy Marius Sagna, Aliou Sané et Cheikh Tidiane Dieye. Tous ceux qui tournent autour d’eux sont soit en prison ou se retrouvent sans boulot, sans amis et souvent même sans toit.

Leur objectif, arriver au pouvoir tout prix. Mais leur méthode privilégiée est le chaos. Ils emploient des mots durs pour qualifier Macky Sall. Guy Marius Sagna traitait Macky Sall de « premier gangster foncier au Sénégal ». C’était le 06 juin dernier. Et quelques jours plus tard, le 18 juin, Ousmane Sonko disait ceci du président de la République : « Il n’y a qu’un seul apprenti terroriste au Sénégal et c’est Macky Sall ».

On n’avait jamais entendu des mots aussi durs à l’encontre d’un Président de la République qui incarne la plus haute institution du Sénégal. Les opposants, de Senghor à Wade, n’ont jamais été aussi violents. Ils s’opposaient dans la rue avec leurs programmes et leurs arguments. Jamais par la violence. N’est-ce pas Wade lui-même qui disait qu’il ne « marchera jamais sur des cadavres pour entrer au Palais » ?

Mais Sonko-le-barbu et ses amis à la barbichette des islamistes radicaux, utilisent les mots « apocalyptiques » pour créer des colères pouvant déboucher sur des troubles à l’ordre publique et même des insurrections. Ousmane Sonko a osé interpeller les forces de défense et de sécurité en leur demandant de prendre leurs responsabilités. Cela s’appelle une incitation à la rébellion…voire un appel à un coup d’état.

Dans un entretien avec RFM, le 18 décembre 2020, le coordonnateur de Y en a marre, Aliou Sané, affirme que « Macky Sall partira sinon, il peut choisir de marcher sur des cadavres ». Quelle expression macabre ! Bien avant les des émeutes du mois de mars, plus précisément le 08 février 2021, le coordonnateur de La plateforme Avenir Senegaal Bi Ñu Begg et du M2D avait exprimé son indignation totale face au “complot abject” et appelé à organiser une résistance face à Macky Sall…rien que pour défendre Ousmane Sonko. On avait par la suite comptabilisé 12 morts.

Sonko et ses barbus rejettent tout sur Macky, organisent la résistance se mettent derrière et laisse les jeunes mourir. Car ils ont un objectif : « fusiller tous les responsables et particulièrement les anciens chefs d’état » comme le disait Ousmane Sonko. Ils sont comme des talibans qui détruisent tout sur leur passage, agressent des citoyens sur les réseaux sociaux, brûlent des domiciles et des rédactions et font fuir les étrangers en scandant leur slogan anti-français…

La Rédaction de xibaaru

Afficher les commentaires (3)