L’étau se resserre autour de Sonko…Il connaît très bien la fille

Accusation de viols : Pourquoi Ousmane Sonko s’empresse-t-il à réunir ses avocats ?

Au lieu de répondre publiquement sur les faits le mettant en cause dans l’affaire de « viols répétitifs », Ousmane Sonko préfère réunir ses avocats. Histoire de préparer sa stratégie de défense. Si Ousmane Sonko s’empresse de réunir ses avocats, c’est qu’il était bien sur les lieux du « crime ». Car, jusqu’ici, le chef de file du Pastef n’a pas encore nié sa présence sur les lieux, n’a pas non plus nié connaître celle qui l’accuse… Ousmane Sonko préfère tout simplement réunir ses avocats.

L’on sait que la patronne du salon de massage où une des employées accuse Ousmane Sonko de « viols » exercés sur elle, a préféré laver Ousmane Sonko à grande eau. La dame qui s’est cachée sous de faux noms, comme si elle voulait dissimuler certaines vérités, a au contraire chargé son employée, présentée sous les traits d’une fille aux mœurs légères. Elle-même, selon les dernières informations, se trouverait entre les mains des enquêteurs. Son salon est-il vraiment un salon de massage ?

C’est pour dire que si Ousmane Sonko préfère réunir ses avocats, c’est qu’il sent l’étau se resserrer autour de lui. Il a peur et veut envisager toutes les hypothèses avec ses avocats. Car, il y a un fait qui est constant que, Ousmane Sonko ne peut pas nier. Il y a eu contact entre lui et la victime présumée. Et, selon plusieurs indiscrétions, Ousmane Sonko connaîtrait bien, et même très bien la fille « violée ».

Il y a plusieurs interrogations autour de cette affaire. le leader du Pastef avait l’habitude de fréquenter ce salon de massage. La maîtresse des lieux indique qu’il avait l’habitude de s’y rendre en ayant le « visage masqué », et en garant son véhicule loin de l’endroit. Pourquoi Ousmane Sonko a besoin de se cacher pour se rendre dans un salon de massage. Si seulement, ce salon de massage a bonne réputation. Se rendre dans un salon de massage, dans un salon de thé ne doit pas être un exercice caché pour un homme public. A supposer qu’il ait même besoin de son intimité parfois.

Des zones d’ombre, il y en a dans cette affaire. Seul le présumé coupable peut permettre de les lever en livrant toute sa version des faits. Pourquoi dans ce salon de massage, une seule fille se chargeait exclusivement de le masser ? Pourquoi pas les autres ? La patronne du salon peut être suspectée de vouloir à tout prix sauver la réputation de son salon en niant les faits de « viols », quitte à se défouler sur son employée.

La rédaction de Xibaaru