Sonko seul dans les problèmes…l’opposition le fuit

Ousmane Sonko dans le pétrin : L’opposition et les mouvements activistes se veulent prudents

Dans l’affaire d’accusation de « viols » dont il fait l’objet, Ousmane Sonko est en train de payer certaines de ses erreurs. Le patron du Pastef ne bénéficie pour le moment d’aucun soutien venu de l’opposition. Ni les coalitions de l’opposition (FRN, CRD, JOTNA, TABAX) ni les mouvements activistes Ñoo Lank, Y’en a marre, Mouvement tout va mal et Génération des forces citoyennes, les plus en vue ne s’empressent de lui apporter leur soutien, en soutenant qu’il serait « victime d’un complot venant de l’Etat.

Ousmane Sonko accusé de viols…l’opposition prend ses distances. Il se retrouve ainsi seul dans la galère. Ousmane Sonko a voulu toujours faire cavalier seul. C’est pourquoi, il lui sera difficile de se faire des partisans dans cette mauvaise passe. Ousmane Sonko est en train de payer la rançon de sa vanité et de sa suffisance. Depuis que cette affaire de viols a éclaté, les seuls soutiens qui lui sont parvenus, émanent de la Diaspora avec des activistes souvent proches des salafistes.

Sonko a aussi reçu le soutien très remarqué du juriste Sénégalais établi en France, Seybani Sougou, qui a défini la cabale contre le leader du Pastef comme une stratégie couramment utilisée par les services secrets russes contre les opposants politiques et qui se nomme KOMPROMAT…Une pratique digne des barbouzes selon le juriste.

Au Sénégal …Sonko est seul

Cette affaire doit lui permettre d’en tirer au moins une leçon. Il ne peut pas se permettre de faire la leçon à tout-va à l’ensemble de la classe politique, mépriser et snober tout le monde pour aujourd’hui espérer bénéficier d’un soutien populaire. Ousmane Sonko espère attirer l’attention pour faire la similitude dans cette affaire de « viols » dont il est accusé avec les cas Karim Wade et Khalifa Sall. Des cas bien opposés. Karim Wade est accusé d’enrichissement illicite et a été traduit devant un tribunal d’exception, sans que la moindre preuve de ce dont on l’a poursuivi n’ait été apporté. Au contraire, il lui a même été demandé d’apporter la preuve que ses biens sont licites.

Quant à Khalifa Ababacar Sall, il est accusé de détournements de deniers publics dans une affaire dire de la caisse d’avance de la mairie de Dakar. Alors que c’était une pratique qui avait toujours cours à la ville de Dakar avec les différents maires qui l’ont précédé. C’est pourquoi dans les cas de Karim Wade et Khalifa Sall, ces derniers sont désignés comme étant victimes de complots politiques.

Cette affaire contre Ousmane Sonko est loin des cas Karim Wade, Khalifa Sall. Ici, il s’agit d’une affaire de mœurs et privée. Une jeune fille qui travaille dans un salon de massage fréquenté par Ousmane Sonko, accuse ce dernier de la violer fréquemment tout en la menaçant de mort. Vrai ou faux ?

La jeune fille, si elle a vraiment été violée par Ousmane Sonko, doit apporter toutes les preuves de ses accusations. L’enquête en cours devra déterminer. En attendant les partis d’opposition, les mouvements activistes ont bien fait de se montrer pour le moment prudents dans cette affaire, en ne prenant pas des positions hâtives.

La rédaction de Xibaaru